80’’ ce matin si vous aussi, vous en avez ras le bol qu’on vous dise « Bon courage » à tout bout de champ, plusieurs fois par jour.

 Et si on arrêtait de se dire "Bon courage" à tout bout de champ ?
Et si on arrêtait de se dire "Bon courage" à tout bout de champ ? © Getty / Klaus Vedfelt

C’est le cas du philosophe Michel Eltchaninoff. C'est à lire dans la lettre de Philosophie Magazine… 

Analyse de cette expression, je cite : "la vie est dure. Mais on est solidaires. Un peu larmoyants aussi". Et ça lui rappelle ce personnage d'un livre de Kierkegaard, "le chevalier de la résignation infinie". 

"Ce “chevalier de la résignation infinie” est devenu le héros de notre temps, le type qui ne considère pas le courage comme la vertu de rompre, de changer, de se lancer dans une initiative risquée, un chemin inconnu, mais comme la faculté d’endurer : se lever le matin, supporter sans se plaindre les petites misères de la vie quotidienne, sans oublier les inévitables compromissions. Je sais, nous en sommes tous là, mais appeler cela du courage, non merci !". Fin de citation. 

Pensez-y la prochaine fois que vous sortirez de la boulangerie et qu'on vous lancera un cordial "Bon courage". Et avouez qu'au lieu de dire "Merci", on a parfois envie de répondre comme Michael... 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Contact
Thèmes associés