Le dessin de presse est un genre noble et attire tellement d’emmerdes aux journaux qui en publient encore que certains, comme le New York Times, ont pris la décision de ne plus en publier.

Quatre-vingts secondes ce matin sur le KAK40 de l’Opinion — KAK, k-a-k, du nom du dessinateur qui, tous les matins, livre son dessin-édito à la une du quotidien et en propose les meilleurs, rassemblés dans un livre paru récemment. Sur la couverture, un hommage à la marque jaune de Blake et Mortimer — Edouard Philippe et Emmanuel Macron dans la peau et les vêtements des deux héros de BD.

L’intérêt de ce volume, c’est d’abord de relire l’actualité de fin 2018 à fin 2019, et donc la crise des Gilets jaunes, KAK propose d’ailleurs des dessins inédits. Plaisir plus pervers : voir quels dessins furent refusés par la rédaction de L’Opinion et quels dessins furent finalement publiés. Il n’y aucun doute, puisqu’on peut comparer, que le choix final fut toujours le meilleur — le dessin est abouti, spirituel, drôle et vinaigré. C’est à se demander, d’ailleurs, si KAK ne rate pas volontairement des dessins pour orienter le choix de la rédaction, ou la conforter dans l’illusion qu’elle a le choix ! Je ne sais pas, j’émets juste l’hypothèse.

Kak a succédé à Plantu à la présidence du réseau international des dessinateurs de presse, « Cartooning for peace ». LE KAK40 de L’Opinion est disponible sur le site du quotidien

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.