Avec quelque retard sur sa date de parution, quatre-vingts secondes ce matin sur "Le Couteau", le dernier volume de la formidable série de polars de Jo Nesbø centrée sur le personnage de Harry Hole, grand échalas alcoolique, meilleur flic de la ville d’Oslo, amateur de rock chroniquement dépressif.

Jo Nesbø, auteur des romans policiers dont le héros est Harry Hole. ici  en décembre 2018.
Jo Nesbø, auteur des romans policiers dont le héros est Harry Hole. ici en décembre 2018. © Getty / Leonardo Cendamo

Dans ce dernier volume de la saga, et pour ne pas vous en dire trop, Harry Hole se réveille un matin, après une formidable cuite, avec du sang sur les mains. Qu’a-t-il pu se passer ? Il n’a absolument aucun souvenir de la nuit sinon qu’il était ivre mort comme d’habitude. A partir de là démarre un polar à tiroirs qui piège son lecteur chapitre après chapitre. 

C’est de la très belle horlogerie romanesque et Jo Nesbø est  au sommet de son art. Avec toujours cette ironie sur la Norvège, démocratie avancée où règnent des formes de politiquement correct. Nesbø s’amuse également à la satire des bobos et des hipsters qui étendent leur emprise sur Oslo — c’est souvent très drôle en plus d’être haletant.

La série des Harry Hole tient en douze romans écrits depuis 2002. Le personnage est si célèbre qu’un parcours touristique permet de visiter Oslo sur les traces du grand flic cabossé. Le Couteau est publié chez Gallimard et signé Jo Nesbø.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.