Quatre-vingts secondes pour un remède à la nostalgie. Même s’il faudrait plutôt dire LES nostalgies.

Il y a celle des grincheux, des gringrins, des obsédés du « c’était mieux avant », même si cet avant n’existe que dans leurs têtes. 

Il y a aussi la nostalgie de ceux qui voudraient retrouver le temps perdu, revivre une période révolue. On en connaît tous : 10 jours après, ils regrettent déjà le confinement. 

Et puis il y a encore une autre forme de nostalgie : et nous sommes très nombreux à la connaître. La nostalgie de certains gestes, de choses dont on est privé, qu’on nous a retirées et qui faisaient pourtant partie de nos vies. Ce qu’interdisent distanciation, gestes barrières… C’est parfois aussi simple que se serrer la main, s’embrasser ou même danser. 

Des choses aussi simples que ce que peut chanter l’un des grands chanteurs de la nostalgie… 

Extrait "Mes mains sur tes hanches" de Salvatore Adamo

Une chanson permet parfois de surmonter la disparition. Mais la vraie bonne nouvelle, c’est que la nostalgie est soluble dans l’espoir.

Et merci à Salvatore Adamo… 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.