C’est un très bon film ! Quatre-vingts secondes américaines ce matin sur Les Sept de Chicago, retour sur une page d’histoire politique, militante et judiciaire.

Les Sept de Chicago à voir sur Netflix retour sur une page d’histoire politique, militante et judiciaire.
Les Sept de Chicago à voir sur Netflix retour sur une page d’histoire politique, militante et judiciaire. © NIKO TAVERNISE/NETFLIX

1968, campagne présidentielle, la ville de Chicago s’apprête à accueillir la Convention nationale démocrate et des manifestations contre la Guerre du Vietnam. Interdites, elles seront durement réprimées par la police et huit puis sept militants sont traînés devant les tribunaux, accusés de conspiration.

Le film retrace l’époque et surtout le procès — un vieux juge austère dont on se demande s’il est incompétent, fou ou sénile ; les accusés, venus de différents horizons militants, pro-démocratie, objecteur de conscience, anti-autoritaires et libertaires, Black Panther. Plus deux qui se demandent ce qu’ils font là. Scénario et réalisation : Aaron Sorkin, un dialoguiste exceptionnel dont on mesure le talent à la fluidité des conversations politiques et des débats juridiques. Je n’ai pas le temps de les citer mais tous les acteurs sont exceptionnels.

Alex Sharp, Ben Shenkman, Eddie Redmayne, Mark Rylance et Yahya Abdul-Mateen II dans "Les sept de Chicago"
Alex Sharp, Ben Shenkman, Eddie Redmayne, Mark Rylance et Yahya Abdul-Mateen II dans "Les sept de Chicago" / Niko Tavernise / Netflix

Le film est sorti vendredi dernier, en pleine campagne présidentielle et résonne, évidemment, avec les Etats-Unis d’aujourd’hui. Mais ce pont entre les deux époques, c’est le spectateur qui le fait, à aucun moment le film ne surligne lourdement une quelconque répétition de l’histoire. C’est beaucoup plus subtil et c’est à voir sur Netflix.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.