Pendant la guerre froide, cette radio américaine fut l’un des vecteurs de la lutte contre le communisme et pour la démocratie.

Quatre-vingts secondes ce matin sur Radio Free Europe, dont le site Politico nous apprend qu’elle continuera en 2020 à étendre sa couverture des pays de l’est avec des programmes relancés Hongrie, après ceux dédiés, en 2019, à la Roumanie et à la Bulgarie.

Derrière cette nouvelle offre de programmes, un projet et un constat : la radio estime qu’elle doit aider les médias locaux en proposant, via les ondes, des enquêtes et des informations produites avec les standards du journalisme de qualité. Si des médias locaux le font déjà, leur travail n’en sera qu’amplifié ; s’ils en sont empêchés ou n’en ont pas les moyens, Radio Free Europe ouvrira le chemin. Derrière le projet, donc, le constat : dans ces pays, la liberté de la presse recule ou se trouve fragilisée, et l’information, la désinformation, la mal information profitent aux pouvoirs en place, quand ils n’en sont pas les instigateurs. 

Radio free Europe est une entreprise privée dont le budget est alloué par le Congrès américain. Elle émet également en Asie et au Proche-Orient et n’a jamais quitté l’Europe, même après la chute du Mur de Berlin. Quoi qu’on en pense sur le fond, sa présence renforcée sur notre continent et sa volonté de contrer l’influence russe sont deux signes supplémentaires d'une fragilisation des espaces publics européens.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.