Quatre-vingts secondes ce matin pour vous parler d’un livre.

Extrait de la couverture de "Mauthausen" d'Iakovos Kambanellis
Extrait de la couverture de "Mauthausen" d'Iakovos Kambanellis © Albin Michel

Un grand livre publié en France pour la première fois. L’auteur est Iakovos Kambanellis. On l’appelait le patriarche. Il était écrivain, dramaturge, figure majeure du théâtre grec contemporain. « Mauthausen » est le récit de ses années de déportation entre 1943 et 1945. 75 ans après la libération des camps, bouleversant de lire ce que Kambanellis écrivait sur ce jour où la liberté est arrivée à Mauthausen sous la forme, je le cite, d’un « char de la liberté envoyé du ciel »…  

Le 5 mai, peu avant midi, un énorme tank américain, noir de fumée et portant les marques de la guerre, a démoli la porte centrale de Mauthausen et est entré dans l’enceinte 

Kambanellis poursuit : 

Les combattants nous regardaient d’un air ahuri, fier, triste… Ils avaient bien raison de rester là-haut, sur le dos de leur tank : ils avaient échappé à tant de batailles ; ils n’allaient pas échapper à notre joie. Nous hurlions, nous déchirions nos vêtements, nous nous agitions comme de beaux diables. Nous nous serions les uns contre les autres, nous nous écrasions les pieds pour approcher du tank. Beaucoup s’abattaient dessus pour en embrasser les plaques de ferraille enfumées, d’autres encore s’y frappaient la tête et pleuraient.  

« Mauthausen », de Iakovos Kambanellis, prix du livre étranger 2020 que viennent de décerner le Journal du Dimanche et France Inter… Et c’est publié chez Albin Michel…

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.