Au chapitre, "ils ont échappé au confinement", l'histoire de ce jeune couple de Manchester qui ignorait tout du coronavirus. Une histoire rapportée dans "Ouest-France".

Fin mars, le couple s'approchent des Antilles, mais les frontières sont fermées : "On pensait que c'était parce qu'il y avait trop de touristes"..
Fin mars, le couple s'approchent des Antilles, mais les frontières sont fermées : "On pensait que c'était parce qu'il y avait trop de touristes".. © Getty / Nisian Hughes

Il faut dire qu'Elena et Ryan ont tout plaqué il y a trois ans, lassés sans doute d'un monde qui allait trop vite. Ils ont acheté un bateau et largué les amarres. 

Un tour du monde paradisiaque, sans une seule ombre au tableau : interdiction formelle pour leurs proches de donner les mauvaises nouvelles. 

Croyez-le ou non, promesse tenue.

Résultat : en février, Elena et Ryan sont aux Canaries, on parle alors d'un virus, loin, en Chine... 

Et puis ils repartent, 25 jours de mer pour traverser l'Atlantique... Voilà donc notre couple sur les flots, en dehors du monde.

Fin mars, le couple s'approche des Antilles, mais les frontières sont fermées : "on pensait que c'était parce qu'il y avait trop de touristes".. 

Pas inquiets, mais il faut bien se ravitailler. Alors cap vers les îles Grenadines, au large, ils se connectent avec la 4G. Et se réveillent dans un autre monde... 

Le choc, raconte Elena, d'origine italienne, qui panique à bord :  elle appelle son père en Lombardie. Tout le monde va bien mais il lui raconte l'irracontable : la vie en huis-clos entre quatre murs, sans les flots ou l'air iodé du large.. 

Devinez quoi ? Le couple est aujourd'hui sur l'île Saint-Vincent aux Caraïbes et il compte bien poursuivre son voyage. On le comprend ! 

Heureux qui comme Ulysse...

Référence musicale : Manureva d'Alain Chamfort (1979)

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.