Il s’est éteint le week-end dernier, à l’âge de 73 ans.

Quatre-vingts secondes ce matin pour saluer la mémoire de cet immense traducteur de polars et de romans noirs américains que fut Freddy Michalski. Grâce à lui, les lecteurs ont pu accéder à Ed Bunker, James Lee Burke, Don Winslow pour n’en citer que trois avant d’en ajouter un quatrième, James Ellroy. 

En lisant Ellroy, on se demandait : mais comment Michalski peut-il traduire cette langue noire, torrentielle et éclatée, rythmée à l’extrême, argotique ? Comment fait-il, tout simplement, pour traduire ce qui semble intraduisible ? Réponse du maître lui-même, Freddy Michalski, dans cette archive de 1996.

Extrait

La voix puissante de Freddy Michalski sur France Culture. Tapez Freddy Michalski dans un moteur de recherches et vous obtiendrez une bibliothèque parfaite du roman noir, et des mois, des années de lecture.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.