On s’est tous posés la question, les Beatles en ont même fait une chanson... Question de saison et qui est en couverture du dernier numéro de "Philosophie Magazine". Le dossier est passionnant.

Pourquoi sommes-nous si fatigués ?
Pourquoi sommes-nous si fatigués ? © Getty / freemixer

Le mot même de fatigue en dit long. Le latin, « fatigare » signifie transpercer et vider totalement un animal. Le crever. La fatigue est une torture. 

Que dit la fatigue de la condition humaine ? 

Le sujet fait débat depuis longtemps chez les philosophes — d’un côté ceux pour qui la fatigue doit être accueillie, parce qu’elle est le signe de notre vulnérabilité, de l’autre ceux qui veulent s’en débarrasser. 

Une chose est sûre : nous dormons de moins en moins, notre temps de sommeil est passé sous la barre des 7h et nous ne récupérons plus. Le syndrome de fatigue est le nouveau mal du siècle. 

Les causes de cette fatigue ? 

Le travail sur les écrans, le culte de la performance y sont pour beaucoup. Le capitalisme aussi qui veut nous empêcher de dormir pour mieux consommer et produire. 

Mais "il y a quelque chose d'encore plus profond dans la fatigue", écrit Michel Eltchninoff. Parce qu'elle le signe physique et quotidien de notre finitude. Elle nous rappelle que nous n'avons pas une quantité d'énergie infinie et que nous allons finir par mourir. La fatigue du soir symbolise le crépuscule de la vie. C'est pourquoi la fatigue est bien le signe de notre humanité... 

Vous pourrez quand même vous consoler avec les secrets d'un infatigable : Edgar Morin, 98 ans et il parcourt toujours le monde comme un jeune homme...  

C’est donc à lire dans Philosophie magazine.

Extrait sonore diffusé à l'antenne

"I'm so tired" des Beatles

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.