Quatre-vingts secondes ce matin sur Les Sauvages qui racontent l’élection à la présidence de la République d’Idder Chaouch, premier français issu de l’immigration à accéder à la fonction suprême.

"Les Sauvages", une série avec Roschdy Zem
"Les Sauvages", une série avec Roschdy Zem © Getty / STEPHANE DE SAKUTIN

Le soir même de son élection, un de ces dimanches de second tour où les télés sont dans les QG des candidats et suivent la tristesse des uns, la liesse des autres, ce soir de fête, donc, le président élu est victime d’une tentative d’assassinat. Voilà le minimum d’informations que je peux partager pour ne pas « spoiler » la suite, ne pas « divulgâcher » la série. 

Sur le papier, Les Sauvages pourraient se résumer en une question : qui a armé la main qui tenait le revolver ? Mais en six épisodes, le spectre s’élargit aux questions qui traversent la société française. L’immigration, le racisme, le terrorisme, l’omniprésence des médias, le bon ou moins fonctionnement des rouages de l’Etat, la solidité apparente de nos institutions et de ceux qui les portent, comme un président du Sénat tout droit sorti des caricatures de parlementaires de Daumier.

Les Sauvages ne vous demandent pas seulement d’être le spectateur haletant d’une enquête policière mais elle réveille aussi le citoyen, confronté à des situations qui le font vaciller. Du grand art signé Sabri Louatah et Rebecca Zlotowski, disponible sur Canal +

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.