80 secondes, juste le temps de regarder dans le rétroviseur : la Libération de Paris il y a tout juste 77 ans. L'occasion de revenir sur l'événement et de découvrir un fil twitter qui rend hommage aux combattants de la Libération.

Il y a 77 ans, du 19 au 25 août 1944 : la Libération de Paris avec l'entrée du Général De Gaulle qui met fin à quatre années d'occupation allemande
Il y a 77 ans, du 19 au 25 août 1944 : la Libération de Paris avec l'entrée du Général De Gaulle qui met fin à quatre années d'occupation allemande © AFP / Hachedé / Photo12

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !

- Le Général de Gaulle à Paris, Hôtel de Ville, 25 août 1944

Il y a quelques jours, je suis tombée sur ce compte twitter, depuis j'y reviens sans cesse. La mémoire vivante comme un aimant :   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • 21 février 1944, à 15 heures, Pierre le Cornec est fusillé au Mont Valérien. Il était lycéen, il avait 18 ans : "J'ai été soldat a-t-il écrit à ses parents. J'ai fait tout mon possible pour mon pays. 

Ma vie a été courte, mais j'ai le sentiment qu'elle a été belle car j'ai eu un idéal".

  • Malgré la menace, elle reste à la tête de leur centre d'accueil. Raflée avec eux, elle ne veut pas être libérée de Drancy. Arrivée à Auschwitz, elle refuse d'en être séparée. Thérèse Cahen part avec les 19 enfants à la chambre à gaz.  

On continue, on fait défiler les tweets et l'histoire

  • L'une est secrétaire, l'autre actrice. Pour avoir aidé les services britanniques, elles sont déportées ensemble à Ravensbruck. Germaine part seule à la chambre à gaz le 2 mars 1945, le tour de Madeleine vient le 4. Les sœurs Tambour, mortes à 41 et 36 ans. 

J'aime mieux mourir de 12 balles dans la peau que de crever à petit feu comme un lâche

  • 17 avril 1942, Andrée Abouet, 19 ans. Sa vie, c'était le luxe entre Bruxelles et Paris. Mais pour sauver les enfants juifs, elle n'a pas hésité à la mettre en jeu. Torturée, elle est tuée dans sa cellule le 12 août 1944. 
  • Au mur, ses derniers mots : "seule avec les pensées, c'est encore la liberté", Suzanne Spaak, 39 ans.  
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En quelques mots, des vies toutes entières. Et ces photos d'époque, jaunies, souvent ils sourient ou ils prennent la pose, des regards qui ne vous lâchent plus.

Paroles de combattants de la libération, c'est signé de l'écrivain et documentariste Jean-Christophe Notin..  c'est fort. Dans tous les sens du terme.  

Contact