Ce matin, saluons la mémoire d'un grand peintre...

Image de Gerard Fromanger extraite du Film "En suivant la piste de Fromanger" réalisé par Serge July et Daniel Albin.
Image de Gerard Fromanger extraite du Film "En suivant la piste de Fromanger" réalisé par Serge July et Daniel Albin. © Maxppp / Annie Viannet

Quand je quitte mon atelier, je rentre dans la rue. Je ne sors pas dans la rue ! Je sors de l’atelier et c’est une renaissance, ce ciel, cette lumière, ce mouvement ! La moindre petite scène est stupéfiante. Je rentre dans la rue et ils sont là, autour de moi, ils sont vivants. Ils respirent. C’est incroyable, c’est formidable

Quatre-vingts trop courtes secondes ce matin pour saluer la mémoire du grand peintre Gérard Fromanger dont on a appris la disparition vendredi dernier. 

Fromanger, de toutes les couleurs pour reprendre le titre du livre d’entretiens qu’il avait accordés à Laurent Greilsamer, où l’on retrouve sa passion pour la conversation à bâtons rompus, simple et généreuse, au travers de laquelle se déduisait, entre les lignes, ce qu’il aurait refusé de présenter comme une théorie de l’art ou de la couleur. Fromanger aimait la presse, les journaux, l’information. Il fut engagé dans les combats politiques de son époque, par exemple en mai 68, quand il créa avec quelques autres les Ateliers populaires des Beaux-Arts d’où sortaient les affiches iconiques de Mai 68. 

Extrait

Gérard Fromanger, dans le 7/9 de France Inter en 2008, c’était le 40e anniversaire de Mai 68. Si vous connaissez peu ou mal l’œuvre de Fromanger, la meilleure introduction tient en quelques mots qu’il prononçait souvent : « j’aime la vie, le miracle de la vie ».

Contact