Sur la couverture, un dessin où John Lennon enlace Yoko Ono ; derrière eux, le disque rouge du drapeau japonais.

John Lennon et Yoko Ono à Tokyo au japon en octobre 1975
John Lennon et Yoko Ono à Tokyo au japon en octobre 1975 © Getty / Koh Hasebe/Shinko Music

Quatre-vingts secondes ce matin sur Le Silence de l’amour que François Simon, bien connu comme critique gastronomique, consacre aux trois voyages au Japon que firent l’ex Beatles et son épouse - trois voyages de plusieurs mois dont on ne sait rien ou presque, des parenthèses inexplorées par les biographes pourtant érudits ou minutieux.

François Simon prend donc le chemin de Karuizawa sur les traces du couple et tente de recomposer l’effet qu’a pu avoir le Japon sur un Lennon essoré par le succès et la gloire

La solitude, déjà, le fait d’être un étranger, un gaijin ; la rencontre avec la forme poétique du haïku ; les leçons de japonais et les différentes manières de dire ou de ne pas dire « je » ; l’ikebana, art floral qui fait de « l’asymétrie » un « principe universel ».

Lennon « se plongea dans un monde interstitiel », dit François Simon, un « univers flottant, de déconstructions, de métaphores incessantes, de petits instants divisibles »

Est-ce vrai ? Est-ce faux ? Qu’importe : François Simon, fin connaisseur du Japon, écrit un roman

Il laisse vibrer les sensations, les hypothèses qui permettent de comprendre pourquoi John et Yoko vécurent leurs séjours au Japon comme « le silence de l’amour ».

C’est un livre d’une grande subtilité, un livre où la mélancolie apparaît pour ce qu’elle est : une forme de politesse, d’humour et de douceur.

Le Silence de l’amour de François Simon est publié aux éditions Equateurs.

Contact