Ce pourrait être une fable c'est pour l'instant un bel exemple des débats qui nous agitent alors que la planète se réchauffe à grande vitesse...

Grues cendrées
Grues cendrées © Getty

Quatre-vingts secondes ce matin sur la rencontre entre les grues cendrées et les éoliennes...

Les premières sont voyageuses, migrent chaque automne du Nord vers le Sud de l'Europe... 360 000 à travers la France, toujours aux mêmes dates, toujours sur la même route, de la Meuse au Nord Est jusqu'au Landes au Sud Ouest... Hier matin spectacle grandiose : des milliers d'entre elles se sont envolées du lac du Der en Champagne...

Les secondes sont immobiles et appelés à se multiplier. L'étude RTE publiée cette semaine nous annonce qu'il en faudra au moins deux fois plus d'ici 30 ans...

Alors seront-elles fatales aux migrateurs ? 

La question est posée à chaque nouveau projet de parc éolien...St Mathieu en Haute Vienne, Pressac dans la Vienne, Messac en Charente Maritime et à chaque fois la même réponse des industriels... Les grues volent le plus souvent de jour, au delà de 200m d'altitude et ne sont donc pas en danger...

En 2017 un rapport de la Ligue de Protection des Oiseaux écrit "A ce jour aucun cadavre de Grue cendrée n’a encore été répertorié en France sous une éolienne"

Qu'importe il y a deux ans dans la Nièvre un projet est retoqué par la préfecture car situé je cite "dans un couloir principal de migration"...

Alors les éoliennes s'adaptent... Dans l'Yonne lorsque les grues volent trop bas en raison de la météo, les guetteurs de la LPO alertent le gestionnaire qui arrête immédiatement ses pales...

Contact
Thèmes associés