Les Affranchis reçoivent Philippe Lellouche et Christian Vadim pour la sortie en salles le 7 mars 2012 du film Nos plus belles vacances .

nos plus belles vacances
nos plus belles vacances © Radio France

Juillet 1976, année de la canicule. Claude, juif d’Algérie arrivé en France quinze ans plus tôt, emmène sa jeune femme Isabelle, ses deux garçons et sa belle mère en Bretagne. C'est Isabelle, ayant pris Claude en flagrant délit d'adultère, qui a choisi pour les vacances le petit village où elle est née. Dès le lendemain de leur arrivée, Bernard et Bernadette, Jacky et Marie-France, deux couples d'amis, les y rejoignent. Au Rocher Abraham, ils sont accueillis avec méfiance par les autochtones à l'accent rugueux comme leurs mains... Principalement au café Pondemer, le café du village où les hommes se retrouvent. Juifs pieds-noirs, bretons catholiques, Parisiens, provinciaux... : la cohabitation n'est pas facile. Mais ce sont des hommes avant tout. Des vrais. Alors peu à peu, avec beaucoup d'humour, avec humanité, avec empathie, les choses vont évoluer, des liens se tisser... Le passé, les vieilles rancœurs, les inimitiés, seront balayés ! Laissant la place à l'amitié, aux émotions, aux amours de vacances... Des moments de vie qu'on n'oublie pas. Sentiments humains que chacun de nous connaît... Et le couple Claude-Isabelle qui se ressoude. Au Rocher Abraham, à vingt cinq kilomètres de la mer, même Bibou et Simon, deux frères complices, vont vivre un bel été. Leurs plus belles vacances ! Pour Simon surtout, qui va connaître ses premiers émois, son premier baiser, son premier amour.

Abdel Belmokadem nous parle ensuite de son autobiographie Tendez-nous la main , publiée le

le 16 février 2012 aux Editions Anne Carrière .

Tendez-nous la main
Tendez-nous la main © Radio France

Abdel Belmokadem est un enfant de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise. En octobre 1990, son quartier, le Mas du Taureau, est le théâtre des plus importantes violences urbaines qu’ait connues la France depuis la guerre. Il a alors vingt-deux ans et démarre une carrière de boxeur professionnel. Cette semaine va changer sa vie. Abdel s’interpose entre la police et les jeunes, neutralise les casseurs, protège les pompiers. Il promet aux jeunes de les aider et sensibilise les autorités à leurs difficultés. Un an plus tard, il est le premier médiateur nommé dans le cadre de la politique de la ville. Il devient un exemple de réussite, une fierté pour tous les habitants du quartier. Adjoint au Maire de Vaulx-en-Velin, père de deux filles, il dirige aujourd’hui sa propre entreprise : un cabinet de trente consultants spécialisés dans la prévention, la gestion de crise et l’insertion des jeunes en difficulté dans les zones urbaines sensibles.

« Avec ce livre, je veux montrer qu’on peut renoncer à la fatalité, ne pas vivre sa différence comme une injustice, mais comme une force et un point d’appui. J’ai eu la chance de rencontrer sur ma route des personnes d’autres milieux sociaux, qui ont cru en moi et m’ont aidé à grandir. Mon histoire est la démonstration que tout est possible, à condition de le vouloir et d’oser faire un pas vers l’autre. Ce livre est un message d’espoir mais aussi une alerte : aujourd’hui, les quartiers sont étrangement calmes. Jamais la situation des jeunes n’y a été aussi dure. Il est urgent de leur tendre la main. »

__

CABADZI

Ils ont été une des Découvertes du Printemps de Bourges en 2010 et ont beaucoup rodé leur musique sur scène : plus de 120 concerts depuis deux ans !

Certains viennent du hip-hop et des arts de la rue, d’autres du Conservatoire : ensemble, ils proposent une musique portée par le beatbox.

Leur nouvel album « Digère Et Recrache » enregistré avec la collaboration du producteur de Feist et d’Oxmo Puccino est sorti la semaine dernière : un mélange de hip hop, chanson, électro et rock.

Ils seront en concert le 31 mars à St Hilaire, le 07 avril à Guérande, le 10 au Nouveau Casino à Paris et le 29 avril au Printemps de Bourges.

Cabadzi interprète « Lâchons Les » et une reprise de La Mano Negra, « Pas Assez de Toi » avec Richard Lornac au piano.

SARAH CARLIER

Un père belgo-congolais, une mère tchadienne, une enfance en Belgique dans un milieu musical : la jeune Sarah a appris la guitare acoustique à 16 ans en écoutant Tracy Chapman et Nina Simone.

Enfant de son siècle, elle commence à poster des vidéos sur Youtube, crée un compte sur Akamusic et six cent internautes producteurs investissent sur son premier album « For Those Who Believe » : des chansons folk-soul lumineuses et fraîches.

Sarah Carlier sera en concert demain soir et le 04 avril au Sunset Jazz Club à Paris et elle joue accompagnée par Samy au cajon, une chanson intitulée « Tenderness ».

Chroniqueurs et journalistes :

Daniel Morin

Marie Colmant

Jean-Jacques Vanier

Antoine Bueno

Jul

Tony Saint-Laurent

Pianiste :

Richard Lornac

Evénement(s) lié(s)

Concours Les Affranchis / Les Inrocks lab

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.