C'estJean D'Ormesson qui nous évoque aujourd'hui sa vie, son oeuvre, à l'occasion de la publication en mars 2012 du recueil C'est l'amour que nous aimons , chez Robert Laffont .

Jean D'Ormesson
Jean D'Ormesson © Radio France

Pour la première fois sont réunis les romans d'amour de Jean d'Ormesson, illustration de la veine sentimentale qui marqua son entrée en littérature. Accompagné d'une superbe préface de Marc Lambron, ce volume rassemble les deux premiers romans de l'auteur : L'Amour est un plaisir (1956) et Un amour pour rien (1960), un de ses meilleurs textes autobiographiques, Au revoir et merci, ainsi que sa trilogie inspirée par l'histoire des soeurs Mitford –Le Vent du soir, Tous les hommes en sont fous et Le Bonheur à San Miniato–, laquelle remporta un immense succès (un million d'exemplaires vendus) lors de sa parution dans les années 1980. Un ensemble très cohérent dans l'oeuvre du romancier, une sorte de carte du Tendre ou l'exaltation de l'hédonisme et le vertige du temps se conjuguent à la fascination du monde.

Le journaliste Christophe Conte nous présente également le petit illustré satirique Bling - chronique d'un quinquennat , paru en mars chez Lagarde Michel.

__

Bling
Bling © Radio France

Christophe Conte décape au vitriol la présidence Sarkozy, du sacre du Fouquet' s jusqu'aux préparatifs de la nouvelle campagne. Une radiographie féroce qui n'épargne aucun des acteurs de la vie politique française et retrace tous les évènements majeurs du quinquennat, de l'affaire DSK à la crise de l'euro.

ZOUFRIS MARACAS

Leur nom est un hommage aux « Zoufris », ces ouvriers algériens venus travailler en France dans les années 60. Leur musique est très métissée : rumba congolaise, calypso, rythmes capverdiens ou brésiliens, swing manouche ; les paroles souvent drôles chantent l’insoumission sociale et politique.

Ils seront en concert le 28 avril à Nantes, le 4 mai au 104 à Paris, le 11 à Clamecy, le 12 à Gignac et le 19 au festival « Alors Chante » à Montauban.

Zoufris Maracas jouent une chanson intitulée « Vélo Au Sahara » et une reprise de Serge Gainsbourg, « Douze Belles Dans La Peau » avec Richard Lornac au piano.

MAUD LUBECK

Une nouvelle dame sur l’échiquier de la chanson juste entre Dominique A et Vincent Delerm.

Cette jeune artiste avait été repérée par le concours CQFD des Inrockuptibles, l’ancêtre du concours Inrocks Lab.

Provinciale installée à Paris, son éducation musicale s’est faite en autodidacte et elle a commencé en composant des musiques pour des publicités ou des courts-métrages.

Elle sort cette semaine son premier album « La Fabrique » : un titre qui porte bien son nom car Maud Lubeck l’a composé et enregistré chez elle, à la maison. Elle a joué quasiment de tous les instruments ! Une vraie petite entreprise à elle toute seule comme chantait l’autre !

Maud Lubeck sera en concert à Paris, le 25 avril à l’Entrepôt, le 30 à l’International et le 4 mai à La Loge.

Maud Lubeck interprète en compagnie de Simon Baudoux à la guitare, une chanson qui porte le titre de son album « La Fabrique ».

Chroniqueurs et journalistes :

Daniel Morin

Marie Colmant

Sonia Devillers

Damien Lecamp

Paul Séré

Pianiste :

Richard Lornac

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.