Nous sommes à l'automne 1980. Les Français vont devoir élire leur nouveau président. La campagne est loin d'attiser les passions. Se présente alors un trublion, Coluche. François Mitterrand sera finalement élu président suscitant beaucoup d'espoir.

François Mitterrand lors de son discours d'investiture en mai 1981 à l'Elysée
François Mitterrand lors de son discours d'investiture en mai 1981 à l'Elysée © AFP / JEAN-CLAUDE DELMAS

Valéry Giscard d'Estaing, le président en place de droite, est persuadé de rempiler pour un nouveau septennat. Il faut dire que la droite règne en maître sur l'Hexagone depuis plus de vingt-trois ans. On dit même alors, pour plaisanter, que "l'élection consiste à choisir entre deux candidats et qu'à la fin, c'est la droite qui gagne". 

Coluche candidat pour de bon

C'est lui qui le dit. Le comique affirme que 632 maires lui ont promis leur signature. 

Coluche : "Je suis officiellement candidat à la Présidence de la République. On va leur f.. au Cul. La France était coupée en deux, elle va être pliée en quatre. Ça va marcher, vous allez voir. Ils sont très bons nos hommes politiques. Au début quand j'ai dit que j'allais me présenter il y a un mois, ça ne les faisait pas marrer vraiment. Ils trouvaient qu'il y avait des plaisanteries quand même… il ne faut pas jouer avec les vêtements, la nourriture et les plaisanteries. 

Un mois après est sorti un sondage comme quoi, il paraitrait-vous savez ce que je pense des sondage- comme quoi j'aurais entre 10 et 12%. Alors là, ça ne les fait plus rigoler du tout !  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un appel à ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques

J'ai peur que le régime de Giscard soit appelé à prendre de l'ampleur et que tout le monde crie : vive l'ampleur ! 

Comme on a voté pendant 30 ans pour des gens compétents et intelligents, je propose aujourd'hui qu'on vote pour un imbécile qui n'y connait rien. 

Moi, j'appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s'inscrire dans leur mairie et à colporter la nouvelle. 

Tous ensemble pour leur f… au cul avec Coluche, le seul candidat qui n'a pas de raison de mentir.

Le candidat "nul"

De toute façon, très, très simple. Je suis le candidat nul. Je veux recueillir les voix des abstentionnistes. Je voudrais que ceux qui ne votent pas d'habitude montrent pourquoi ils font ça : parce qu'ils sont ne sont pas représentés politiquement !

De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et rappelez-vous que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens d'aujourd'hui ont les moyens de vous faire taire.

Moi, je suis venu uniquement pour faire coucou. Une fois que j'aurais fait coucou, je m'en vais. 

Ce qu'il faut, c'est montrer aux hommes politiques - à mon avis, la leçon est beaucoup plus profitable aux gens de gauche comme de droite- qu'il y a tout un tas de gens en France qui étaient prêts à voter pour eux d'habitude, et qui veulent voter pour moi au premier tour pour montrer qu'ils existent, tout simplement. 

C'est quand même un drôle de problème pour le public d'être obligé de montrer aux dirigeants qu'on n'existe !"

La suite (L'élection de François Mitterrand, les faits marquants et le bilan de son septennat) est à écouter...

L'équipe

  • Réalisation : Cécile Poss (RTBF) 
  • Mise en ondes : Marion Guillemette 

Avec : 

  • Jacques Attali – conseiller de François Mitterrand 
  • Marius Colucci – fils de Coluche 
  • Laurent Fabius – ministre de François Mitterrand 
  • Mathias Goudeau – coauteur du documentaire « La véritable histoire des stars des années 80 » 
  • Patrick Hernandez – interprète de « Born to be alive » 
  • Pierre Marlet – journaliste responsable de l’info sur La Première 
Les invités