Cet ancien acteur arrive au pouvoir alors que les Etats-Unis traversent une impressionnante crise économique. Son arrivée marque le retour des Républicains au pouvoir, la rupture avec l'idée d'un Etat moteur.

Ronald Reagan en 1984. Ici en visite en Grande-Bretagne
Ronald Reagan en 1984. Ici en visite en Grande-Bretagne © Getty / Arthur Sidey /Mirrorpix

Bien avant Donald Trump, Ronald Reagan a comme ambition de "Make America great again". Il veut redonner confiance à son pays. Il va imposer une politique économique. Nous en sommes encore les héritiers aujourd'hui. Issue de l'Ecole de Chicago, son idéologie prône la libéralisation maximale, une baisse des impôts, et la disparition de l'Etat dans l'économie... 

Un seul but : diminuer le pouvoir de l'Etat

Il arrive même au nouveau président de dire que sans Etat, le pays irait aussi bien, ou "L'Etat n'est pas la solution, l'Etat est le problème." Ronald Reagan exprime ainsi un ras le bol des politiques issues du New Deal de Franklin Roosevelt des années 1940. Les Américains sont las de payer des impôts pour aider des personnes qui d'après eux, ne voudraient pas travailler.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Avec Reagan, on entre dans une lecture presque parfaite du libéralisme : fini les pensions, suppressions des allocations chômage et baisse des impôts de 30%, libéralisation de tous les secteurs. Pour lui et ses adeptes : la libre concurrence est la source de l'enrichissement de tous. On est dans un moment d'explosion de la bourse.

La suite est à écouter...

Avec le journaliste Thomas Snégaroff, et la politologue Nicole Bacharan

L'équipe 

  • Réalisation : Cécile Poss (RTBF) 
  • Mise en ondes : Marion Guillemette