Cette année-là, la France perd aussi deux de ses plus grands humoristes. Coluche meurt dans un accident de moto, et Thierry Le Luron succombe à une nouvelle maladie qui va faire des ravages dans le monde entier, le SIDA. Il n’avait que 34 ans.

Les années 1980 sont les années dites "Sida". Ici l’acteur américain Rock Hudson, l'un des rares à avoir évoqué sa maladie en public.
Les années 1980 sont les années dites "Sida". Ici l’acteur américain Rock Hudson, l'un des rares à avoir évoqué sa maladie en public. © Getty / Nik Wheeler/Corbis

Les rois de la comédie 

Coluche et Le Luron sont deux incontournables de l’humour à la française dans les années 80. Les deux hommes s’entendent à merveille, car ils sont tous deux des provocateurs. On se souvient de leur fameux faux mariage, le 25 septembre 1985. Ce prémice humoristique du mariage homosexuel n’en est pas moins une critique acerbe de l’hypocrisie qui entoure l’homosexualité en général. Car il se fait la satire d’un autre mariage, bien réel, qui devra avoir lieu quelque jour plus tard, celui du journaliste Yves Mourousi.

Un événement mondain d’envergure, mais qui sonne faux, car Mourousi fréquente assidûment les bars gay de Paris. 

Coluche, lui tire à boulets rouges sur les hommes politiques. Thierry Le Luron, aussi, mais son truc, ce sont les imitations. Giscard, Mitterrand, mais pas seulement. Tout un tas de personnalités y passe, Gilbert Bécaud, Line Renaud, Zizi Jeanmaire, Alice Sapritch. Thierry Le Luron a le même producteur que Coluche, Paul Lederman, qui plus tard va produire les Inconnus, le célèbre trio qui s’est rencontré dans les années 80.  

Ces trois-là n’ont presque aucun tabou, comme beaucoup d’autres humoristes de cette époque, comme un autre collectif bien connu, les Nuls. On rit de tout, tant que c’est drôle. Tout le monde y passe, et s’ils peuvent se moquer d’eux-mêmes, de ce qu’ils représentent, c’est mieux encore. Les humoristes se censurent ou se font beaucoup moins censurer qu’aujourd’hui. Coluche lui-même n’hésite pas à se moquer du SIDA. Il ne sait pas encore que son ami Le Luron va en mourir.  

La maladie du siècle 

Lorsque Thierry Le Luron décède, on cache dans un premier temps les causes. Personne ne dit qu’il a été victime du SIDA. Car pour beaucoup, c’est un mal honteux. La première personnalité à déclarer publiquement qu’il est atteint de la maladie, c’est l’acteur américain Rock Hudson, lors d’une conférence de presse, le 25 juillet 1985, alors qu’il est hospitalisé à Paris.  

D’autres personnalités sont emportées par la maladie : les pianistes et clavecinistes Yuri Egorov, Scott Ross, Bruno Carette ou encore ce chanteur extravagant Klaus Nomi qui sera l’une des premières célébrités à être fauchées par le virus. 

Car dans les années 80, et durant très longtemps encore, on ne survit pas à une infection au SIDA. 

C’est en cette année 1986 que le SIDA est baptisé VIH, virus d’immunodéficience humaine

Mais il est connu depuis plusieurs années. Le 5 juin 1981, l’organisme américain de surveillance et de prévention des maladies rapporte cinq cas d’une infection pulmonaire grave chez des hommes homosexuels à Los Angeles. Ce sont les premiers cas recensés. 

Le même organisme rapporte également des "infections opportunistes" qu’on retrouve chez des consommateurs de drogues injectables chez des personnes hémophiles qui ont eu recours à des transfusions sanguines ou encore chez des Haïtiens qui vivent aux États-Unis. 

On parle alors de la maladie des "4H" (homosexuels, héroïnomanes, hémophiles et Haïtiens). 

Les premières recherches se tournent vers la nature des malades : ne serait-ce pas leurs pratiques qui les rendent malades ? On ne pense pas encore à un nouveau virus. La maladie sexuellement transmissible qui retient l’attention à l’époque, c’est l’herpès.  

Très vite donc, on stigmatise la communauté homosexuelle américaine, qui vit sa sexualité de manière très libérée. Il faut dire que les États-Unis sont sous l’ère conservatrice de Reagan, et que l’homosexualité est encore très majoritairement mal perçue.  

La suite est à écouter...

L'équipe 

  • Réalisation : Cécile Poss (RTBF) 
  • Mise en ondes : Marion Guillemette 

Avec : 

  • Nicole Bacharan – politologue spécialiste des États-Unis 
  • Françoise Barré-Sinoussi – immunologue et virologue découvreuse du virus du SIDA 
  • Bernard Campan – humoriste et comédien, membre des Inconnus. 
  • Nathan Clumeck – professeur et chef de service honoraire au CHU Saint-Pierre, spécialiste des maladies infectieuses. 
  • Marius Colucci – fils de Coluche 
  • Pascal Légitimus – humoriste et comédien, membre des Inconnus.  
  • Didier Lestrade – Cofondateur d’Act Up Paris 
  • Thomas Snégaroff – journaliste et historien spécialiste des États-Unis