C'est unique en France. Pour pallier le manque de salles obscures en zones rurales, trois poids-lourds transformés en véritables salles de cinéma ambulantes sillonnent les routes de la région Centre-Val de Loire, sept jours sur sept.

Philippe, chauffeur et projectionniste
Philippe, chauffeur et projectionniste © Radio France / Sandrine Oudin

Le cinéma itinérant, ce n’est pas neuf sauf qu’en général on choisit une salle, par exemple, la salle des fêtes de la ville, on déplie un écran et on projette.

Là c’est une vraie salle de cinéma. La seule différence c’est qu’elle roule. Pour le reste il y a tout. Le son, la qualité de l’image, le confort. Tout cela agréé par le Centre National du Cinéma.

"C'est un service de proximité en fait. On apporte la culture en milieu rural, raconte Philippe qui est l'un des régisseurs de ces camions. On a des enfants qui viennent au cinéma pour la première fois, et ils viennent chez nous."

Et un minimum de décalage !

On ne vient pas voir en octobre le succès populaire de l’été. Cinémobile fait tout pour projeter des films au plus vite après leur sortie nationale. Parce que c'est cela aussi qui alimente le sentiment d'exclusion des villes de campagne, c'est le décalage qui existe entre les sorties nationales et les arrivées des films en salles dans ces territoires. 

Près de 60 000 spectateurs l’an passé. Beau score pour les trois "camions ciné". 

Le premier baptisé Jacques Tati, le deuxième Yves Montand et le troisième Jean Carmet. C’est lui dans lequel on va monter...

"On a quand même le droit de se cultiver aussi ! On n'est pas des bouseux" raconte l'une des spectatrices. 

Direction Trainou, petite commune de 3 000 habitants dans le Loiret.

François est programmateur et il raconte : "On adapte notre programmation aux communes également. Mais on essaye de projeter un film pour enfants, un film d'auteur et le soir un film plus grand public."

LA SUITE A ECOUTER

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.