Le Dégommoir à Nice, le Karnage Club à Toulouse, le Défouloir à Lille… Les salles de démolition se multiplient un peu partout dans l'hexagone.

J'peux pas j'ai défouloir...
J'peux pas j'ai défouloir... © Olivier Taieb

Serions-nous un peu nerveux ?

De plus en plus de français plébiscitent ce nouveau "loisir" qui nous vient du Japon et qui consiste à payer pour ... tout casser !

Les séances durent entre vingt et trente minutes en moyenne.

On choisit sa formule. Formule "cuisine" avec vaisselle, bouteilles, électroménager ... Formule "salle de séjour" avec meubles, hi fi, télévision ... Formule « vie de bureau » avec écrans d’ordinnateurs, claviers ou imprimantes ...

Au top départ on doit ... tout pulvériser ! 

Batte de baseball, pied de biche, marteau, barre à mine ... Peu importe le moment,  qu’on se défoule ! 

Le but est : ressortir de la pièce plus détendu qu’on y est rentré.

On pousse la porte de la Fury Room à Mérignac, tout près de Bordeaux.

LA SUITE A ECOUTER

www.furyroombdx.fr

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.