Coup de chapeau à cette toute petite association qui ne tourne qu’avec une douzaine de bénévoles mais qui dans la série « stop au gaspi » a choisi un terrain de chasse pour le moins insolite et surtout inédit : les buffets de petits déjeuners des grands hôtels parisiens !

Cédric, 45 ans, bénévole
Cédric, 45 ans, bénévole © Radio France / Sandrine Oudin

Tout ce qui n'est pas consommé est bon à prendre !

Les bénévoles de l'association sillonnent trois fois par semaine la capitale pour récupérer dans les hôtels quatre ou cinq étoiles tout ce que leurs clients n'ont pas mangé.

Croissants, pains au chocolat, pâtisseries ... Mais pas que !

Hôtels Solidaires récupère aussi produits d'hygène, draps, oreillers, couvertures, sèchoirs, meubles, accessoires, parfois même du mobilier quand les hôtels ont décidé par exemple d'en changer.

En un peu plus d'un an d'existence, la fine équipe a déjà séduit une cinquantaine d’hôtels et non des moindres. Que de quatre ou cinq étoiles.

Et tout est parti d'un ... hôtel !

Antoine, veilleur de nuit à Paris, n'en pouvait plus de voir tous les matins les dames de service vider tout ce qui restait du buffet dans la poubelle ! 

Si dans son hôtel, il y avait du gâchis, forcément dans les autres aussi. 

L'association est née comme ça. 

On monte dans sa petite camionnette avec au volant, Cédric, 45 ans, préposé à la collecte mercredi dernier ...

LA SUITE A ECOUTER

Hôtels solidaires ne recherche pas d’argent mais des bénévoles pour multiplier les collectes et surtout dépasser le périph !

A terme, l'association espère s'étendre à la France entière et monter un chantier d'insertion en proposant les collectes à des personnes très éloignées de l'emploi. Bravo !

www.leshotelssolidaires.fr

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.