Ils seraient quatre millions d'enfants ou adolescents victimes "collatérales" des violences conjugales. Quatre millions d'enfants et adolescents en danger physique ou moral et trop souvent les deux à la fois.

Pire que les coups, le regard de mes enfants ...
Pire que les coups, le regard de mes enfants ... © Radio France / Sandrine Oudin

Une belle initiative née pendant le premier confinement et qui a besoin de nous tous pour la renouveler en ce deuxième confinement. 

URGENCE !

Au printemps, face à l’afflux d’appels au secours et en un temps record, la section Île-de-France de la FNSF, la Fédération Nationale Solidarité Femmes a réussi à loger des mamans victimes avec leurs enfants dans un château à Chantilly suite à un appel aux dons de la Fondation des Femmes.

Les violences conjugales non seulement n’ont pas cessé avec la crise sanitaire mais ce sont aggravées. Dès l'annonce du second confinement, les associations ont croulé sous les appels.

Confinées avec le bourreau ...

Problème : le château avec le déconfinement estival, c’est terminé. Les places d’hébergement sont saturées.

Le 20 novembre, Journée mondiale des Droits de l’enfant. 

Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. 

Nous sommes le 27 novembre et donc ? On attend l'année prochaine ? Non !

Il faut se bouger !

Ecoutez Myriam qui fait partie de ces femmes "sauvées" avec leurs petits au printemps. Solidarité Femmes lui a même trouvé un petit logement à Ivry-sur-Seine pour elle et ses deux garçons. C’est là, chez elle en sécurité, qu'elle a accepté de se confier.

Et c'est son ainé Ali, neuf ans, qui a demandé à témoigner en premier. Le petit garçon n’oubliera jamais « Les Fontaines », ce château où il passer deux mois...

La suite à écouter

Comment aider ? 

Des sous avant tout, ou bien si vous êtes propriétaire d’un logement inoccupé et disposé à le mettre à disposition quelques temps, rendez-vous au plus vite sur le site de la Fondation des Femmes

Et puis encore et toujours ces deux numéros à composer à rappeler, anonymes et gratuits : le 39 19 pour les femmes victimes et le 119 au moindre soupçon d’un enfant en danger dans votre entourage ou votre voisinage.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.