Lire la vie de Louise Michel, grace à la plume du célèbre conteur 'Henri Gougaud, tout en écoutant le nouvel album de Lana Del Rey "Ultraviolence". Sortir voir "France Allemagne" au Théâtre du Lucernaire à Paris ou le film israelien "Epilogue".

Le choix de : Le roman de Louise, par Henri Gougaud (Albin Michel)

Louise Michel
Louise Michel © Radio France

Henri Gougaud a mille métiers, écrivain, conteur, chanteur, et une biographie écrite prend une saveur toute particulière. Il rend hommage à celle qu’on a appelé la Vierge Rouge , fer de lance de la Commune à Paris, en consacrant un livre à Louise Michel. L’institutrice qui a œuvré pour rendre accessible l’éducation aux plus pauvres, fan de Victor Hugo, à qui elle écrit toute jeune et puis ensuite pendant de longues années. Admirée de Clémenceau, présidente du Comité de vigilance des citoyennes du 18e arrondissement de Paris. Elle a été déportée, en Nouvelle-Calédonie en raison de son engagement politique. C’est une révolutionnaire fiévreuse et amoureuse….aussi Gougaud nous la rend très proche, au plus près de chaque tressaillement. La vie et l’éternité ce sont mêlées en moi , dit-elle sous la plume de Gougaud. Comme sa sœur morte, elle se sent invulnérable aux canons ennemis.

Le choix théâtre de Stéphane Capron: "France-Allemagne" au Lucernaire

France Allemagne
France Allemagne © Radio France

Du théâtre et du foot pour terminer la saison. Deux comédiens, un français, Jocelyn Lagarrigue et un allemand, Rainer Sievert ont écrit un spectacle dont le point de départ est le fameux France-Allemagne de la Coupe du Monde de 1982. Il fait réference à la 1/2 finale de Séville lorsque le gardien Harlald Schumarer est venu percuter le défenseur Patrick Battiston. Mais ce n'est pas uniquement une pièce sur le football, elle va bien au delà. Jocelyn Lagarrigue et Rainer Sievert évoquent 60 ans de relations franco-allemandes. Les deux comédiens sont touchants, drôles et toujours inventifs lorsqu’ils vont piocher dans leurs histoires personnelles, qui sont aussi les nôtres. On traverse l'histoire de nos pays: le mur de Berlin, sa chute, la réunification des deux Allemagnes, la poignée de main entre Kohl et Mitterrand à Douaumont en 84. Un beau travail utile au moment où beaucoup de citoyens ne croient plus aux valeurs de l’Europe.

le choix Cinéma d'Eva Bettan : "Epilogue", film israelien d'Amir Manor :

Le choix musical d'isabelle Pasquier : Lana Del Rey "Ultraviolence".

La poupée botoxée qui devait se dégonfler au premier courant d'air prouve qu'elle ne sera pas si éphémère que ça!.Dans ce second album. Cette déprime lui va bien artistiquement ; ça la rend plus humaine..et ce n'est visiblement pas une posture puisqu'elle a déclaré au Guardian qu'elle aimerait être déja morte; qu'elle est " née pour mourir", "born to die" titre de son premier album , vendu à 3,4 Millions d'exemplaires.

Lana Del Rey Ultraviolence
Lana Del Rey Ultraviolence ©

Ce second album ne devrait pas atteindre un tel succès commercial, tout simplement parceque ce n'est plus une usine à tubes mais des ballades crépusculaires avec des arrangements sous influence de Dan Auerbach , l'une des moitiés des Black Keys.Lana Del Rey penche nettement du coté du blues jusque sur les traces de Nina Simone avec une reprise de "the other woman". Elle sera sur la scène de l'olympia demain soir pour la fete de la Musique avec France Inter

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.