Les films, les pièces de théatre, et les albums qui ont marqué l'année 2013 : voici la sélection du service culture de la Rédaction :

Le choix cinéma de Laurence Peuron

Une année puissante pour le cinéma français, de Desplechin à Ozon en passant par Michael Kholass d'Arnaud Des Palières, L'inconnu du Lac qui impose enfin Alain Guiraudie à l'international , les Salauds de Claire Denis, très injustement traité en salle et pourtant proposition de cinéma rare et audacieuse.

Une petite tendance s'il fallait en dégager une : les comédies barrées de la Bataille de Solférino à Tip Top ou 9 mois ferme et ces actrices "monstres sacrés" qui n'hésitent pas à se commettre dans des rôles et des voies artistiques parfois très escapées. De Catherine Deneuve dans Elle s'en va d'Emmanuelle Bercot à Isabelle Huppert ou Sandrine Kiberlain.

"La Vie d'Adèle" d'Abdelatif Kechiche

La Vie d'Adèle par delà Cannes, la palme, l'overdose médiatique, les polémiques, le film de Kechiche restera dans les esprits comme sans doute le plus grand film de cette année.

"Michael Kholaas", d'Arnaud Des Palières avec Mads Mikkelsen

Et pour le cinéma étranger :

Au premier rang je mets A Touch of sin du chinois Jia Zhangke qui est reparti de Cannes avec le prix du scénario mais qui n'aurait pas fait une palme d'or usurpée non plus. Un panorama en 4 histoires de ce qu'est aujourd'hui devenue la Chine. Le capitalisme le plus cynique qui prospère sous vieux oripeaux communistes.

S'il fallait en garder un deuxième ce serait : Blue Jasmine de Woody Allen . Avec ce portrait de femme à la Gena Rowlands qu'il offre à Cate Blanchett, le vieux Woody prouve qu'il n'est pas seulement le mercenaire qu'il disait être devenu.

Le choix théâtre de Stéphane Capron: Joël Pommerat

Répétition de la réunification des deux Corées
Répétition de la réunification des deux Corées © Élisabeth Carecchio

Joël Pommerat a marqué cette année 2013 en créant tout d'abord au début de l'année aux ateliers Berthiers un spectacle magnifique: La réunification des Deux Corées .

Cela a été un vrai choc unanime pour le public et pour la critique. Vingt petites histoires d'amour dans un dispositif bi-frontal, dans une quasi obscurité. Chacun a pu se retrouver dans ce spectacle, très bien écrit, avec une belle dramaturgie.

C'est certainement la pièce la plus réaliste de cet auteur qui a créé sa compagnie il y a plus de 20 ans. Et dont 3 autres pièces ont été reprises cet automne à l'Odéon et aux Bouffes du Nord. Il y a une vraie Pommerat Mania, même si Joêl Pommerat s'en défend.Et Joël Pommerat sera encore dans l'actualité début 2014. Il crée un nouveau spectacle le 8 janvier à l'Hippodrome de Douai, une pièce de Catherine Anne qui s'appelle "Une année sans été".Et dans le théâtre privé, le gros succès de l'année s'appelle "Nos femmes" avec Daniel Auteuil et Richard Berry au théâtre de Paris. On pas dans le même registre que chez Joël Pommerat.C'est du boulevard qui permet aux deux acteurs de faire leur numéro sur scène. Ils le font bien même si le texte d'Eric Assous n'est pas son meilleur. Une pièce un brin macho puisqu'elle parle des femmes sans qu'elles ne soient présentes sur scène.C'est tellement un succès que la pièce prolonge au Théâtre de Paris jusqu'au 16 février

Le choix musical de l'année d'Isabel Pasquier : Yves Jamait

Voici le cinquième album d'artiste à l'écriture et à la voix qui vous donnent le frisson! Le diionnais, habitué des Francofolies de la Rochelle ,Yves Jamait, publie "Amor fati", en références à Nietzsche...qui signifie "l'amour du destin".L'amour, la politique aussi sont au coeur de cet album de cet artiste qui ne triche pas avec ses émotions et les notres!Yves Jamait sera au Zénith de Dijon le12 février et au Casino de Paris les 14 et 15 février 2014.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.