Autarciques, individualistes, uniformes : les lotissements pavillonnaires ont souvent mauvaise presse en architecture. Ce matin, David Abittan prend le contre-pied de cette image négative grâce à un ensemble de maisons qui a revalorisé tout un quartier de la ville de Fourchambault, dans la Nièvre.

Eco-Cite La Garenne à Fourchambault
Eco-Cite La Garenne à Fourchambault © Guillaume Ramillien Architecture © Pascal Amoyel

Ce matin, David Abittan nous emporte en région Bourgogne-France-Comté dans l'éco-cité La Garenne. Il y retrouve l'architecte Guillaume Ramillien qui a construit un quartier ouvert sur lui-même et sur son environnement. Loin du lotissement générique froid et anonyme, il tente de redonner vie au quartier notamment grâce à une place importante accordée à la nature : 

« On va avoir envie d’avoir de la nature comme ça au fond de son jardin, et donc cette nature paraîtra plus généreuse elle n’a peut-être pas besoin d’être coupée au cordeau, ou rase, comme une pelouse."

Alors que le lotissement traditionnel est moulé sur un modèle unique, dans cette éco-cité, l'architecte Guillaume Ramillien joue avec différentes typologies de maisons. Ces formes et ces tailles distinctes assurent une variation visuelle à l'ensemble. 

L'éco-cité La Garenne est une opération de 34 logements sociaux à Fourchambault menée par Nièvre Habitat, Office Public de l'Habitat de la Nièvre

Un reportage de David Abittan. Pour découvrir plus d'informations sur l'architecture, rendez-vous sur le site tema.archi

Cette chronique est réalisée en partenariat avec l'Ordre des Architectes

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.