Le gymnase est de ces bâtiments qui savent mettre une ville en valeur. Aujourd’hui, c’est le gymnase Sam Joubij de Nice qui est mis à l’honneur par David Abittan.

Complexe sportif Sam Joubij
Complexe sportif Sam Joubij © CAB Architectes © Aldo Amoretti

En 1992, Sam Joubij est responsable de la sécurité du Théâtre Lino Ventura de Nice. Champion de France amateur, il devient boxeur professionnel et finit demi-finaliste du tournoi de France professionnel. Il est à l’initiative de « l’Ariane Boxing Club » créé en 2000. Médiateur de son quartier, il décède en 2015. Deux ans plus tard, c’est de son nom qu’est baptisé le nouveau complexe sportif de Nice de plus de 4. 100 m². 

Point de repère

Dans ce quartier de l’Ariane, ce gymnase fraîchement inauguré il y a deux ans se part d’un grand toit terrasse abritant un terrain multisport. À l’intérieur, c’est une tribune de 200 places et un terrain couvert idéal pour pratiquer le football en salle, ou "futsal".

Immanquable par sa forme, il est à la proue du quartier. Il s’intègre parfaitement au quartier que ce soit par sa forme que par ses matériaux. Jean-Patrice Calori, de l’agence CAB Architectes explique le choix du béton brut pour ce complexe :

L’essentiel de ce bâtiment c’est du béton, un peu de serrurerie, et puis ces pièces comme des meubles en bois. Tout ce qui est second œuvre, ce sont des éléments en bois, dans lesquels on trouve des bureaux…

Mise en scène

Ce bâtiment, c’est aussi un parallélépipède qui se met en scène. Il y a un vrai travail de la lumière naturelle qui est essentiel selon la façon dont on pénètre dans le bâtiment. Comme pour le théâtre, les escaliers jouent un rôle central dans la découverte du bâtiment.

Du toit, on peut admirer le paysage végétal qui entoure Nice : le fleuve "le Paillon" en premier plan suivi d’une chaîne de montagnes. 

Pourquoi cette mise en scène ? Quelle dimension donne cet espace exigu ?

David Abittan apporte toutes les réponses dans son reportage. Pour découvrir plus d’informations sur l’architecture, rendez-vous ici.

Cette chronique est réalisée en partenariat avec l’Ordre des Architectes.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.