Homo homini lupus est...

YANN : Hey, Jean ?

JEAN : Ouais Yann ?

YANN : Tu sais quand t’as refusé de prendre tes vacances en juillet ? Ben moi j’ai dû annuler la réservation de camping en aout, à ce moment-là, j’ai tout de suite pensé à la maxime de Hobbes dans le Léviathan : « L’homme est un loup pour l’homme… »

JEAN : Mais c’est pas dans le Léviathan ! Qu’il est con. C’est dans le « De cive », l’épitre dédicatoire. Passe-moi la clé de douze.

YANN : Tiens… De toute façon, c’est pas de Hobbes au départ c’est une locution de Plaute dans sa comédie Asinaria.

JEAN : A Plaute… « Lupus est homo homini, non homo, quom qualis sit non novit ». Vas-y accélère maintenant.

(Bruit de moteur :VVVRrrroouuummm !)

YANN : Enfin, ça change pas grand-chose.

JEAN : Ben si. Dans la formule initiale, Plaute dit que l’homme prend pour un loup l’homme qu’il ne connait pas. Du coup, si on se connaissait mieux, je te prendrais pas pour une menace.

YANN : Ouais mais tu m’as quand même niqué mes vacances !

JEAN : Et toi ? Tu fais toujours bande à part à midi. J’aimais un petit coup au bar avec les collègues, jamais un barbecue le dimanche !

YANN : Mais tu sais bien, c’est ma femme, elle…

JEAN : Aaah ! : « Femina tua homini lupus est »

YANN : Quoi ?

JEAN : Ta femme est un loup pour l’homme.

YANN : Ah bon… ?

(bruit de capot de voiture qui se referme)

JEAN : C’est sûr… On va boire un coup ?

YANN : Ok.

Pour des relations apaisées au travail, pensez à philosopher.
C’était un message de la prévention psychologique.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.