Mariem Compoint
Mariem Compoint © Radio France

Y aurait-il aujourd’hui un retour en force de la virginité ? Ce mot, lourd d’interdits et de sous-entendus, qui a si longtemps pesé sur les destinées des jeunes filles… Puisque la virginité, vous l’avez remarqué, est toujours féminine..

L’année dernière, des manifestantes de la place Tahrir au Caire, en Egypte, arrêtées par l’armée, avaient subi des tests de virginité (à ce propos, on a appris il y a quelques jours que le médecin accusé de les avoir pratiqués, a été relaxé…)

Autre info récente, nettement moins dramatique mais tout aussi surprenante) on pouvait lire il y a une semaine dans le Figaro qu’en Chine, dans la région de Wuhan, une jeune femme de 38 ans, a créé un site Web faisant l’apologie de l’abstinence sexuelle avant le mariage. Affirmant elle-même être vierge, certificat médical à l’appui, elle lançait en même temps une annonce matrimoniale : l’heureux élu devait avoir moins de 40 ans, être fonctionnaire et membre du Parti.

Pour en parler, j’ai invité aujourd’hui l’historienne Yvonne Knibiehler qui vient de publier chez Odile Jacob un livre passionnant « La virginité féminine. Mythes, fantasmes, émancipation. », qui fait le point sur la question en Europe.

Yvonne Knibiehler, il faut le rappeler, est une pionnière de l’histoire des femmes. C’est elle qui dès les années 80, s’est intéressée la première à l’histoire de la maternité, de la naissance, des mères, des infirmières.

Je reçois également aujourd’hui en direct deux femmes pour un même livre « La fille du chasseur », un très beau livre qui vient de sortir aux éditions Thierry Marchaisse. Le livre est signé Sophie Caratini, écrivain, anthropologue, directrice de recherche an CNRS. Ce livre raconte la jeunesse de Mariem, née en 1940 en Mauritanie, dans une société très traditionnelle, celle des nomades du désert, marquée en même temps par l’implantation coloniale française… Une société patriarcale pleine de paradoxes : où les mères et les grands-mères sont des héroïnes, et où les petites filles subissent la torture du gavage et du mariage forcé… Mariem n’y a pas échappé…

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.