La vraie histoire des infirmières de Philippe Duley, paru aux éditions Chronique
La vraie histoire des infirmières de Philippe Duley, paru aux éditions Chronique © Radio France

Dans la série des petites infos tombées dans la quasi indifférence d’une belle fin d’été, il y a celle-ci qui continue à mon insu de me poursuivre. Une info tellement absurde à nos yeux qu’elle pourrait faire rire. Sauf qu’elle fout carrément la trouille : En Arabie saoudite, le pays sans doute le plus retardé en matière de droits des femmes, et où la ségrégation des sexes est la règle, les autorités viennent d’annoncer le projet de créer, de toute pièces, une cité industrielle réservée aux femmes. Leur problème (il faut les comprendre !) tenait de la quadrature du cercle : comment faire travailler les femmes tout en les maintenant éloignées de tout contact avec les hommes ?... Comment les faire bosser sans qu’elles draguent ? Eh bien, voilà, ils ont trouvé : une ville à part, avec pleins d’usines et de bureaux, et pas le moindre mâle à l’horizon.. Sauf aux commandes, bien sûr, mais à distance…

Même George Orwell, l’auteur de 1984, n’y aurait pas pensé…

C’est d’un autre univers presque totalement féminin que nous allons parler aujourd’hui… Bien de chez nous, celui-là : le métier d’infirmière. Elles sont environ 500 000 aujourd’hui en France, ces femmes (elles représentent près de 88% de cette profession) qui, à l’hôpital ou à la ville, ont pour fonction, à toute heure du jour et de la nuit, quelle que soit leur humeur, de soigner les malades et de les écouter. Est-ce un métier comme un autre ? Pourquoi est-il si majoritairement féminin ? Pourquoi les infirmières suscitent-elles autant de respect et même d’amour ? Sont-elles des saintes ? ces femmes, hautement qualifiées et si mal rémunérées, celles qui dans les grandes grèves de 1988 criaient à qui voulaient enfin les entendre « Ni bonnes, ni connes, ni nonnes » !!

C’est peut-être dans l’histoire que se trouvent les premières réponses…Pour en parler j’ai invité aujourd’hui Philippe Duley, journaliste, qui vient de publier chez Chronique Editions un beau livre « La vraie histoire des infirmières »…

Et Nathalie Depoire, infirmière… présidente de la CNI la Coordination nationale des Infirmières

Et aussi Clémentine Autain, pour le manifeste contre le viol, une initiative relayée par le Nouvel Observateur qui a mis une adresse mail pour appeler toutes les femmes victimes de viol à témoigner.

La chronique de Valérie Toranian, directrice de la rédaction du magazine Elle :

Les photographies de Stéphanie Sinclair "Ces petites filles que l'on marie ". A voir au Festival International de photojournalisme Visa pour l'image de Perpignan du 01er au 16 septembre 2012.

Les liens

Coordination nationale infirmière

Le manifeste conte le viol : appel de Clémentine Autain dans Le nouvel Observateur

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.