M esdames, savez-vous où est votre vagin ? La question peut paraître incongrue, voire risible. Et elle l’est. Comme si on demandait à un homme « Savez-vous où est votre pénis ? » Imaginez un peu la scène et… la réponse du monsieur…

Et pourtant cette question « savez-vous où est votre vagin ? », une enquête très sérieuse (commandée en Grande Bretagne par une association de prévention contre les cancers féminins) l’a posée à un millier d’Anglaises.

Et le plus sidérant, ce sont les réponses : seulement la moitié des femmes âgées entre 26 et 35 ans étaient capables de localiser le vagin sur un dessin représentant le système reproductif féminin. L’étude, rapportée cette semaine par le Daily Telegraph, révèle également que ces jeunes femmes ont beaucoup de répugnance à prononcer les mots « vagin » ou « vulve » (berk) et que si elles devaient en parler à un médecin (le moins souvent possible svp) elles évoqueraient, accompagné d’un geste vague vers le bas du corps, les « parties féminines »… « the lady’s parts ».

Preuve qu’une jeune femme peut avoir une sexualité active, et ne rien savoir de son propre sexe…. Un vieux reste de puritanisme victorien ? Pas si sûr quand on découvre que les femmes âgées de 66 à 75 ans, elles, n’ont aucun mal à se géo-gynéco-localiser !! « Je suis vieille mais je ne suis pas une dinde ! ».. Et bien malin celui qui peut dire si les Françaises auraient mieux répondu au questionnaire !

Manque d’information sans doute. Il serait peut-être temps d’expliquer aux filles comment leur corps fonctionne et d’arrêter de parler de zézettes ou de kiki… Appelons les choses par leur nom : un bras c’est un bras, un chat c’est un chat… et une chatte, une « vulve » !

Où en est l'égalité fille/garçon à l'école française ?

Les cartables rose et bleu de Puteaux
Les cartables rose et bleu de Puteaux © docshadok

C hoissisez tout ! encourage Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA, dans son livre publié chez Jean-Claude Lattès dès le mercredi 10 septembre. Il s'agit selon elle de donner envie à toutes les femmes d'oser, de rêver et de changer le monde... Pour discuter de cette question, autour de Nathalie Loiseau, Amandine Berton-Schmitt, chargée de mission éducation au centre Hubertine-Auclert et l'historien, auteur de manuels scolaires Jean-Louis Auduc.

la chronique de Colombe Scneck : Vive les héroïnes !

Les liens

centre hubertine auclert

Centre Hubertine Auclert

Site de l'ENA Une école d'application à vocation nationale, européenne et internationale  Démocratiser l'accès à la haute fonction publique et professionnaliser la formation des hauts fonctionnaires constituent les principes fondateurs de l'École nationale d'administration, créée par le général de Gaulle en octobre 1945. Sa mission principale est de recruter et de former les hommes et les femmes qui feront vivre et évoluer les administrations, tout en leur transmettant l'éthique du service public, fondée sur des valeurs de responsabilité, de neutralité, de performance et de désintéressement.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.