Louise Wimmer
Louise Wimmer © Radio France

Comment l’année 2012 se présente-t-elle pour les femmes, dans le monde ?

Pas franchement réjouissante aux pays des révolutions arabes : ces révolutions qui avaient soulevé tant d’espoir semblent aujourd’hui se retourner contre les femmes, que ce soit en Tunisie, en Egypte ou en Libye…

En Israël, dans la ville de Bet Shemesh, des juifs ultra orthodoxes, très minoritaires mais très bruyants, manifestent violemment pour une séparation stricte entre les femmes et les hommes.

Plus près de nous, en Biélorussie, fin décembre, trois féministes du mouvement ukrainien Femen (ces féministes qui pour se faire entendre manifestent seins nus en brandissant des pancartes) affirment avoir été enlevées et torturées par des membres du KGB. Manifester les seins nus peut prêter à sourire, (et pourquoi on ne rirait pas un peu !) mais il en faut du courage pour venir à Minsk protester devant le bâtiment du KGB contre la réélection suspecte du président Loukachenko.

Ailleurs comme ici, la santé d’une démocratie s’évalue à la place tenue par les femmes. Sans égalité femmes/hommes dans les principes et dans les faits, il ne saurait y avoir de démocratie.

En France, on a les principes (ce qui n’est déjà pas mal), mais dans les faits, c’est souvent mieux qu’ailleurs, mais on est encore loin du compte. Et la crise économique n’arrange rien.

En France, aujourd’hui, 80% des travailleurs précaires sont des travailleuses… Un chiffre que vous ne contredirez pas, je suppose Françoise Milewski économiste et spécialiste de la question de la précarité au féminin. Avec nous également Cyril Mennegun… le réalisateur du très beau film « Louise Wimmer », sorti mercredi dernier : le portrait d’une femme qui a tout perdu et qui se bat pour s’en sortir et rester libre. Rien de didactique ou de misérabiliste là dedans… Du vrai cinéma !

Mais avant, je vous propose d’écouter une autre femme exceptionnelle : celle-ci est une femme de science, Claudie Haigneré, celle qui pour la postérité, restera la première Française dans l’espace. Une femme privilégiée, elle le dit elle-même, mais qui se bat aujourd’hui pour que les sciences s’ouvrent à tous, notamment aux jeunes filles.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.