Résistante
Résistante © Radio France

Notre sujet aujourd’hui : les femmes et la résistance. Traditionnellement, la guerre est une affaire d’hommes. Mais la Seconde Guerre Mondiale, le plus souvent pour le pire et plus rarement pour le meilleur, a bousculé les traditions. Dès l’été 1940, alors que les armées nationales sont écrasées, les soldats prisonniers et qu’Hitler domine toute l’Europe continentale, quelques voix s’élèvent pour dire non et résister ; d’abord isolées, puis peu à peu, organisées en réseaux. Des hommes mais aussi des femmes. Des femmes dont le rôle, longtemps occulté, fut pourtant décisif à l’heure de la victoire. Elles étaient étudiantes, ouvrières, mères de famille, enseignantes, religieuses, agricultrices… Pour la plupart, rien ne prédestinait ces citoyennes de 2ème catégorie, sans droit de vote, soumises légalement à leurs pères ou époux, à s’engager pour leur pays. En France, elles s’appelaient Bertie Albrecht, Germaine Tillion, Lucie Aubrac, Marie Hackin, Danielle Casanova, entre autres…

Mais des résistantes, il y en eut dans toute l’Europe : quelques noms : Maria Veikou en Grèce, Ursula Katarzynska en Pologne, Andrée Herscovici-Geulen en Belgique, Hedda Lundh au Danemark… Des femmes qui témoignent dans un documentaire exceptionnel, sera diffusé sur ARTE à partir de mercredi prochain : « Les combattants de l’ombre ».

Nos invitées aujourd’hui : la productrice Fabienne Servan-Schreiber , l’historienne Christine Lévisse-Touzé et Catherine Ormen, auteur d’une Brève Histoire de la mode chez Hazan.

Evénement(s) lié(s)

Les Combattants de l'ombre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.