Maria a aujourd’hui pris sa retraite. Mais pendant 40 ans, elle a travaillé comme ouvrière câbleuse, dans une entreprise de composants pour l’aéronautique. Son travail consistait à souder des câbles. Plutôt heureuse d’aller à l’usine, Maria ne s’est jamais plainte, n’a jamais réclamé de promotion... Une ouvrière-modèle pourrait-on dire… Ses seules erreurs peut-être : avoir toujours refusé de faire de la « mise en boîte », une tâche mieux rémunérée mais dure physiquement, plutôt réservée aux hommes. Et pour son 1er enfant, d’avoir pris un congé sans solde pendant 1 an et demi….

Quand a sonné l’heure de la retraite, quel ne fut son étonnement en découvrant le montant de sa pension, particulièrement faible. Alors, aidée par un délégué du personnel, elle prend conscience que pendant 40 ans, contrairement aux hommes de l’entreprise, elle a toujours été cantonnée dans les plus bas salaires. Maria décide alors de se battre. La justice va lui donner raison et elle obtiendra 53700 euros au titre du préjudice financier et 35000 euros au titre du préjudice moral. Une belle victoire pour celle qui avait été « oubliée ».

La revue de presse de Nathalie Dolivo :

  • En Inde, les droits des femmes sont au coeur des élections...

  • En Irak, une proposition de loi prévoit de réformer le statut des femmes...

  • On reparle encore de la guerre du poil...

Le dessin du jour de Nina Luec :

Le dessin du jour de Nina Luec
Le dessin du jour de Nina Luec © Radio France / Nina Luec

Les liens

Mercredi c papa

Happy Men

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.