Pour réagir ou commenter l'émission sur Twitter :

L es hommes d’un côté, les femmes de l’autre…Aurons- nous bientôt dans les villes européennes des rames de métro séparés…. Comme il en existe déjà en Egypte, au Japon, au Brésil… L’idée est ahurissante et pourtant, elle vient très sérieusement d’être proposée en Angleterre, par Claire Perry, la ministre des transports urbains. Pour répondre à l’augmentation des agressions sexuelles dans le métro de Londres, 20% entre 2013 et 2014.

L’année dernière, pourtant, la police des transports britannique avait mis en place le Project Guardian… 2000 policiers ont reçu une formation spécifique pour recevoir les plaintes des victimes… Des semaines d’action ont été organisées pour sensibiliser les voyageurs au problème du harcèlement sexuel.

Mais il semble que cela ne suffise pas. Le gouvernement envisage donc d’aller plus loin en créant pour les femmes, des rames qui leur soient réservées… Comment appeler ça ?, des bulles de sécurité, des bulles roses, car bizarrement, dès qu’un transport (métro ou taxi) devient « féminin » il prend la couleur rose…) Ou pourquoi ne pas parler franchement de ségrégation sexuelle ?!… Séparer ainsi les sexes serait une défaite pour les femmes car cela accréditerait l’idée qu’elles sont toutes des victimes en puissance, et qu’elles ont besoin d’être protégées de manière spécifique du contact physique avec, les grands méchants loups, comprenez : les hommes... Le harcèlement sexuel est un vrai problème mais peut-être les femmes doivent-elles apprendre à se défendre ; en portant plainte ou en ridiculisant le peloteur : en criant bien fort dans le métro « J’ai une main posée sur ma fesse gauche… Quelqu’un sait à qui elle est ? » Espérons que le pays de « Brève rencontre » ce film de David Lean qui raconte une idylle so british née d’une rencontre dans un train… Espérons que ce pays ne va pas perdre la raison…

Dounia Bouzar

Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l'enfer
Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l'enfer © Radio France

D octeur en anthropologie du fait religieux, experte laïcité et lutte contre les discriminations.

Célia Mercier

 Seule fille de mon village
Seule fille de mon village © Flammarion

U ne enfance entre l’Egypte, la Turquie et l’Indonésie. Des études à Paris. A Islamabad, Célia Mercier a travaillé pour Libération. Elle a aussi publié chez Flammarion le témoignage d’une jeune Pakistanaise vitriolée, "Brûlée à l’acide" et a reçu en 2009, le prix Ouest-France Jean Marin des correspondants de guerre à Bayeux, pour l’article « Tarzan et Jane version pachtoune » publié dans XXI.

Patrick Deval

Squaws La mémoire oubliée
Squaws La mémoire oubliée © Hoëbeke

A la fois ethnologue, écrivain et réalisateur. Cofondateur avec Serge Daney de la revue Visages du cinéma , il a réalisé de nombreux films, parmi lesquels Héraclite l’obscur ainsi que de nombreux documentaires (La Baronne du jazz , L’Art érotique chinois , Les Instruments migrateurs ) pour la télévision.

La chronique de Colombe Schneck : Vive les héroïnes !

__

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.