Pour réagir ou commenter l'émission sur Twitter :

Zineb El Rhazoui
Zineb El Rhazoui © Gabriela Hengeveld

Des paires de chaussures posées sur des tapis… Quoi de plus banal, quoi de plus insignifiant même en apparence ? Mais à y regarder de plus près, l’installation n’a rien de banal : les chaussures sont des escarpins de femmes, blancs et à talons, et chaque paire (il y en a 28 en tout) est posée sur un tapis de prière musulman. Cette œuvre d’art, à la fois mystérieuse et saisissante (c’est sans doute le propre de l’art d’être à la fois saisissant et mystérieux) cette œuvre nommée « Silence » est signée Zoulikha Bouabdellah, une artiste franco-algérienne. « Silence » avait déjà été exposé à Paris, à Berlin, à New York ou à Madrid sans le moindre problème.

Mais à Clichy la Garenne, ça n’a pas été possible. « Silence » devait en effet être exposé parmi d’autres œuvres d’artistes femmes, au Pavillon Vendôme de cette ville des Hauts de Seine, en banlieue parisienne. Du 25 janvier au 26 avril.

Mais, suite à une mise en garde par une fédération d’associations musulmanes contre d’éventuels « débordements » qu’aurait pu provoquer cette œuvre, (nous sommes alors dix jours après les attentats contre Charlie Hebdo et contre l’Hyper Casher)… Suite au refus de la mairie de Clichy d’assurer la sécurité de l’expo, l’artiste a préféré retirer son œuvre. Puis en guise de protestation et de solidarité, les autres artistes ont choisi elles aussi de retirer leurs oeuvres… Résultat : l’exposition n’aura duré que 2 semaines…

Zoulikha Bouabdellah avait expliqué qu’avec cette œuvre, son intention n’est ni de choquer, ni de provoquer, mais de susciter un dialogue ; sur, dit-elle, « les liens entre les espaces, profane et sacré, ainsi que sur la place de la femme au seuil de ces deux mondes »…. A Clichy La Garenne... Dommage… Ce n’est pas le dialogue qui a prévalu, c’est l’intimidation et la lâcheté.

Stéphanie Duncan par Cabu
Stéphanie Duncan par Cabu © Radio France / Cabu

Zineb El Rhazoui, journaliste à Charlie Hebdo, auteur de la rubrique « l’hérétique de la semaine »

Une de ceux qui eurent la chance le 7 janvier dernier, de ne pas être présente à la conférence de rédaction et ainsi d’échapper à la folie meurtrière des frères Kouachi….

Camille Froidevaux Metterie, philosophe, professeur de science politique

vient de publier un livre « La Révolution du féminin » chez Gallimard.

Martine Storti, longtemps professeur de philosophie, elle a aussi été journaliste à Libération ; et féministe : militante au MLF…

Elle vient de publier une tribune dans le Huffington Post à propos des mesures prises par le gouvernement pour sauver l’école de la République suite aux attentats.A lire sur le Huffington Post

Plus d'informations sur le site officielle de Martine Storti.

L'oeil de Nina

Nina Luec Education
Nina Luec Education © Radio France / Nina Luec

La chronique de Colombe Schneck : Americanah fr de Chimanda Ngozi Adichie

Americanah de Chimanda Ngozi Adichie
Americanah de Chimanda Ngozi Adichie © Radio France / DR
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.