A l’occasion de l’entrée au Panthéon des cendres de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle le 27 mai prochain, nous parlons aujourd’hui des femmes dans la Résistance… Des femmes exceptionnelles, venues de tous milieux… Il a fallu beaucoup de temps pour que leur rôle décisif soit reconnu à sa juste valeur…. Au lendemain de la guerre, tout un symbole : seules 6 femmes reçurent le titre prestigieux de « compagnons de la Libération »…

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle
Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle © Radio France / DR

On ne mesure pas aujourd’hui à quel point ces femmes, souvent très jeunes, en s’engageant dans la résistance, transgressaient les règles sociales ; à une époque où une jeune fille comme il faut n’avait pour tout avenir que le mariage et la maternité. Mais la guerre a tout bousculé … Qu’importait les convenances quand il fallait survivre et combattre ; parfois coude à coude avec des garçons….

Mais quand la guerre fut terminée, les jeunes résistantes durent rentrer dans le rang, comme si rien ne s’était passé…. Si beaucoup d’entre elles, comme les hommes, trouvèrent du réconfort dans une vie de couple et de famille, beaucoup aussi (et parfois les mêmes) traversèrent des phases de doute et de remise en question… Surtout celles qui revenaient des camps de la mort. Que faire de sa vie ? Ou tout court : comment vivre, après ?...

Marie-José Chombart de Lauwe tenant un mouchoir brodé à Ravensbrück avec son matricule au camp
Marie-José Chombart de Lauwe tenant un mouchoir brodé à Ravensbrück avec son matricule au camp © Radio France / Stéphanie Duncan

Pour parler de ces femmes, j’ai rencontré une des rares survivantes de celles et de ceux qui, comme Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle, refusèrent l’humiliation de la défaite. Elle s’appelle Marie-José Chombart de Lauwe… 92 ans depuis quelques jours… Engagée dès 1940, elle sera arrêtée puis déportée à Ravensbrück, le camp de concentration pour femmes, où elle rencontrera Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle. Et comme elles encore, Marie-José Chombart de Lauwe poursuivra après-guerre son combat pour les droits humains. Je suis allée l’interviewer il y a quelques jours dans sa maison près de Paris.

Isabelle Anthonioz Gaggini et Geneviève de Gaulle Anthonioz
Isabelle Anthonioz Gaggini et Geneviève de Gaulle Anthonioz © Radio France / DR

-Isabelle Anthonioz-Gaggini, fille de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, la résistante qui, au côté de Germaine Tillion, de Jean Zay et de Pierre Brossolette, sera panthéonisée le 27 mai prochain…. Sa mère (qui était la nièce du général de Gaulle) fut résistante à 20 ans dès 1940, dans le Réseau Défense de la France…. Arrêtée par la Gestapo en 1943, elle sera déportée à Ravensbrück.. C’est là qu’elle se liera d’amitié avec l’ethnologue et résistante Germaine Tillion, de 13 ans son aînée… Un lien très fort qui durera jusqu’à la mort.

Marie Rameau
Marie Rameau © Radio France / Roxane Borgna

- Marie Rameau, photographe… Auteur du livre « Souvenirs » (éditions La Ville brûle)…. Un livre de photos mais aussi de textes, consacré aux femmes résistantes déportées, à travers les objets qu’elles ont fabriqués dans les camps…. Des objets souvent très petits, des bijoux, des croix de Lorraine, des mouchoirs brodés, des petits animaux… créés dans le dénuement le plus total, bricolés avec des fils ou des morceaux de tissu volés… et au prix de risques immenses.

La chronique de Colombe Schneck : "La triomphante" de Teresa Cremisi (Editions des Equateurs)

La Triomphante
La Triomphante © Radio France / Teresa Crémisi
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.