Pour commenter ou réagir à l'émission sur Twitter :

« C ’est totalement inconscient… Ou ils font exprès ? »

Voilà ce que je me suis demandé hier dans le métro en découvrant la nouvelle campagne publicitaire d’une chaîne de radio privée. Croyez-le bien, loin de moi, l’envie de dégommer les concurrents. Mais là, c’est trop ! vraiment trop !

Imaginez : De grandes photos des animateurs vedettes de la chaîne. 1er constat énervant : dans le lot il n’y a qu’une seule femme…. Mais le plus ahurissant arrive : sur la tête de ces animateurs, écrit en gros, un adjectif qui caractérise chacun : il y a « Incisif, mordant, agitateur, tonique et… intime.

Petit jeu : à votre avis… Quelle est la vertu qui échoit à l’unique animatrice ?... Eh oui…Vous avez deviné : « Intime »….

L’intimité est une qualité, surtout à la radio, mais pourquoi la réserver à une femme ? Pauvre animatrice qui n’a probablement pas eu son mot à dire non plus pour sa photo : les publicitaires et la direction de la chaîne ont choisi celle où son sourire est le plus gentiment inoffensif, rassurant… N’ayez pas peur, je ne suis ni incisive, ni mordante, ni tonique, ni agitatrice… je suis intime….

Se prendre dans la tête de tels stéréotypes, dans le métro, dès le matin, c’est trop dur…

L'oeil de Nina

Ministère des droits des femmes
Ministère des droits des femmes © Nina Luec

Pascale Boistard, Secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes

Pascale Boistard
Pascale Boistard © Radio France

Nouvellement nommée , Pascale Boistard nous raconte les premières actions de son secrétariat d'Etat.

C ampagne nationale mixité des métiers présente sur tous les écrans !

Cette campagne s’inscrit dans le cadre des mesures prévues par la plateforme nationale d’action pour la mixité des métiers,

Françoise Holder, présidente de l'association Force Femmes

Force Femmes - rencontre
Force Femmes - rencontre © Force Femmes

Francoise Holder
Francoise Holder © Aurélie Vandenweghe
"R edonner à d’autres ce que nous avons eu la chance d’avoir. Nous connaissons toutes, dans notre entourage, des femmes restées sur le carreau après 45 ans, à cause d'un licenciement, d'un accident de vie, d'un divorce ou d'un temps d'arrêt pour élever leurs enfants. Or la société ne s’occupe pas de ces femmes victimes d'une double discrimination : celle de l'âge et celle du sexe. Voilà pourquoi nous menons une action concrète et spécifiquement féminine"

Nathalie Guibert, première femme à bord d'un sous-marin nucléaire français

La chronique de Colombe Schneck : Vive les héroïnes !

Les liens

Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Force Femmes

Nathalie Guibert sur le site du journal Le Monde

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.