La prostitution est-elle une liberté, au nom du droit à disposer librement de son corps ?… Ou est-elle au contraire une violence faite aux femmes, (les femmes représentant 87% des prostituées) une violence qui, comme toutes les autres, doit être réprimée et à terme disparaître de notre société ?

Cette dernière définition est celle retenue dans la proposition de loi, qui sera débattue la semaine prochaine par les députés, qui vise ni plus ni moins à abolir la prostitution. Par quel moyen ? Non plus en pourchassant les prostituées, ces femmes de mauvaise vie, accusées pendant si longtemps de déshonorer nos trottoirs et de souiller le sang et le sperme des bons pères de famille… Mais, c’est nouveau, en pénalisant les clients. Les innocents d’hier sont devenus des coupables. Et les coupables d’hier, des victimes. L’idée est-elle juste ? Et sera-t-elle efficace ?

Depuis des mois, le débat fait rage entre partisans de la loi et ses opposants. « La prostitution est une servitude archaïque qu’il faut faire reculer » affirmait hier dans le Monde Sylviane Agacinski. Tandis que la veille dans le même journal, Elisabeth Badinter déclarait, avec non moins de conviction « L’Etat n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus ».

Et les prostituées, que disent-elles ? Dans son introduction, le rapport de travail remis aux députés débute affirme que « Le système prostitutionnel est fait pour verrouiller le silence » et que« la parole des personnes prostituées est inaudible dans l’espace public … » Eh bien, c’est cette parole « inaudible » que dans cette émission aujourd’hui on va tenter de faire entendre.

La revue de Presse de Nathalie Dolivo, du magazine Elle :

  • En Espagne, un manuel de soumission pour les femmes fait scandale...
  • En matière d¹homosexualité, il n¹y pas que la Russie qui bafoue les droitsde ses citoyens, il y a aussi le Sénégal...
  • A Athènes, les femmes de ménage se rebellent.

Le dessin du jour de Nina Luec :

Le dessin du jour de Nina Luec
Le dessin du jour de Nina Luec © Radio France /
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.