Pour réagir ou commenter l'émission sur Twitter :

Que vaut une femme en Inde, surtout si elle est pauvre ?

Le 8 novembre dernier, au Chattisgarh, un des Etats les plus pauvres de l’Inde, 12 femmes sont mortes suite à des opérations de stérilisation. Le Dr Gupta, qui a été arrêté, avait ce jour-là stérilisé 80 femmes en l’espace seulement de 5 heures, dans des conditions d’hygiène probablement déplorables. Les femmes pauvres, souvent mal informées, acceptent l’opération contre une indemnisation de 600 roupies, soit une dizaine de dollars.

La stérilisation de masse, une méthode qui nous semble totalement barbare, est depuis longtemps pratiquée en Inde (et dans d’autres pays) pour réguler une démographie galopante. Dans les années 60, l’Etat indien avait mis en place une politique de stérilisation visant autant les hommes que les femmes ayant déjà deux enfants. Mais depuis les années 80, seules les femmes sont visées par ces stérilisations massives, souvent contraintes. D’après l’organisation humanitaire Human Rights Watch, les employés de santé sont menacés de diminution de salaire s’ils ne remplissent pas leurs objectifs chiffrés; ce qui expliquerait les stérilisations à la chaîne, au moindre coût.

Entre foeticides, crimes pour dot, usines à bébé par GPA… et stérilisations forcées… il ne fait pas toujours bon être une femme au pays d’Indira Gandhi.

Christian Faure, réalisateur, et Samuel Doux co-scénariste, de "La loi" film sur les 40 ans de la loi Veil, qui sera diffusé le 26 novembre à 20h45 sur France 2.

Le 29 novembre 1974, l’Assemblée adopte la loi légalisant l’IVG… Derrière ce texte, seule contre sa majorité et contre les relents d’antisémitisme, se tient une femme, Simone Veil. Le film retrace les trois jours de débats précédant le vote. Trois jours au cours desquels rien ne lui sera épargné : solitude, tractations politiques, débats ouverts, injures et violences faites à sa famille… Simone Veil restera pourtant digne et forte, consciente d’avoir entre ses mains l’avenir de centaines de femmes. Chaque année, beaucoup d’entre elles meurent sous les aiguilles de faiseuses d’anges.

Avec Emmanuelle Devos, Lorànt Deutsch, Flore Bonaventura,Lannick Gautry, Laure Killing…Réalisateur : Christian FaureAuteurs : Fanny Burdino, Mazarine Pingeot, Samuel Doux

Isabelle Rome est juge à Versailles.

Pendant un an, avec l’autorisation de l’administration pénitentiaire, elle a rencontré détenues et surveillantes de la prison de Versailles, à deux pas du château pour dresser un constat de la vie de femmes dans ce monde là.

Isabelle Rome
Isabelle Rome © Radio France / DR

Alain Faure est coordinateur de projet au sein de l'association Les Etablissements Bollec et à l'initiative du projet Citad'elles.

Tous les N° de Citad'elles sont consultables en ligne

Citad'elles
Citad'elles © Radio France / DR

Citad’elles est un projet mené par l’association rennaise Les Etablissements Bollec et la ligue de l’enseignement 35 depuis 2012. C'est un magazine trimestriel conçue et réalisé par et pour les détenues de la prison des femmes de Rennes.Ce projet mêlant l’écriture journalistique et le dessin a reçu le prix coup de coeur décerné par la Fondation RAJA lors de la cérémonie des RAJA Women’s Awards à la salle de la mutualité à Paris. Lancés en 2013, les Prix « Fondation RAJA Women’s Awards » renforcent l’engagement permanent de la Fondation RAJA d’agir en faveur des femmes dans le monde. Ils récompensent chaque année des actions remarquables au bénéfice des femmes, qui ont été réalisées en France ou dans le monde par des associations françaises.

L'Oeil de Nina

L'oeil de nina femmes sans enfants
L'oeil de nina femmes sans enfants © Radio France / Nina Luec

La chronique de Colombe Schneck : La peur du sexe et du désir chez la femme dans le roman "L'audience" d'Oriane jeancourt Galignani (Editions Albin Michel)

L'audience Oriane Jeancourt Galignani
L'audience Oriane Jeancourt Galignani © Radio France
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.