Défilé de lingerie
Défilé de lingerie © Maxppp

«Ce sont les jeunes qui ont pris conscience que l’inégalité entre les femmes et les hommes doit être abolie. Il y a beaucoup à apprendre de la jeunesse.» Ces mots, extraordinaires en Inde, ont été prononcés mercredi dernier, par un vieil homme de 80 ans, impressionné par les manifestations pacifiques qui ont suivi la mort de l’étudiante violée à Delhi le 16 décembre. Mercredi, alors que vient en même temps de s’ouvrir le procès des accusés du viol, ce juge à la retraite qui a repris du service (il s’appelle Jagdish Sharan Verma) a rendu public le rapport sur les viols, commandé par le gouvernement indien. Mais ce rapport, au-delà d’un constat statistique et administratif sur les viols publics en Inde, est un véritable appel à un changement en profondeur de la société indienne : rappelant une chose essentielle : l’égalité des femmes et des hommes est inscrite dans la Constitution de 1949. Par conséquent, son déni actuel par le gouvernement est un sacrilège et une violation constitutionnelle. Dans une société qui tolère les violences sexuelles, les crimes pour dot et les avortements sélectifs de fœtus féminins, la tâche est immense. Mais, si on en croit le juge Verma, c’est ce que demande la jeunesse indienne.

La revue de presse de Valérie Toranian, directrice de la rédaction du Magazine Elle :

  • Aux Etat-unis les femmes autorisées à intégrer les unités de combat dans l'armée.

  • L'expulsion d'une femme et de son fils d'un logement de 4m²

  • Au japon les cuisses des femmes servent de support à la pub !

"Le tête à tête" d'Agathe André :

Julien, 88 ans

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.