Virginia Woolf
Virginia Woolf © Radio France

« Les femmes, toute une histoire », le magazine de France Inter, unique en son genre, consacré aux femmes, à leur histoire, à la question toujours d’actualité de leurs droits, en France et dans le monde…

Au message d’un auditeur, inquiet qu’on saucissonne la société et les émissions de radio en fonction de différentes catégories de la population, je répondrai que les femmes ne sont pas une catégorie ou une minorité : elles sont la moitié de l’humanité. Et une moitié qui a peiné longtemps et peine encore (plus ou moins selon les pays) à faire entendre sa voix à l'égalité. Aujourd’hui, tous les grands observateurs politiques, économiques, démographiques s’accordent à faire de l’égalité entre les femmes et les hommes, une priorité pour le XXIème siècle qui commence. Rien d’idéologique là dedans, que du pragmatique : sans les femmes, sans leur égal accès au travail, à la santé et à l’éducation, on ne viendra pas à bout de la pauvreté ; et sans les femmes, il n’y a pas de démocratie.

Et le droit d’inventer, de créer de l’art, d’écrire des romans… ? Pourquoi pendant des siècles, les femmes ont-elles été si absentes de l’art et de la littérature ? Question de nature ? : « Aux femmes qui cherchent un féminin à « auteur », il y a bas-bleu. C’est joli et ça dit tout. », écrivait Jules Renard en 1905.

Quelques années plus tard, de l’autre côté de la Manche, une jeune Anglaise affirmera, elle, de manière crue, l’importance des conditions matérielles pour écrire. C’est Virginia Woolf. Dont nous parlerons tout à l’heure avec sa biographe Viviane Forrester.

Si les femmes qui écrivent, vivent dangereusement (pour paraphraser le titre d’un livre récent de Laure Adler), elles ne sont pas les seules : à l’époque où Virginia Woolf se battait pour exister, (on l’appelait la Belle Epoque) ses lointaines sœurs du peuple, les prostituées, vendaient leurs corps dans des bordels, jusqu’à l’épuisement et la mort. C’est le sujet du beau film de Bertrand Bonello « L’Apollonide, souvenirs de la maison close », sorti cette semaine. L’occasion de rappeler, en fin d’émission, avec l’écrivain Elisabeth Coquart, l’histoire de la fermeture des maisons closes en France en 1946 ; une fermeture qui n’est peut-être pas définitive…

Mais d’abord nous parlerons avec Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial, de la tribune qu’elle a co-signé cette semaine dans Le Monde avec Christine Mauget : « Les droits des femmes sont remis en cause par des forces conservatrices en Europe », en particulier le droit à l’avortement.

L'INFO : le droit à l'avortement est-il menacé en Europe ? Avec Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial.

LE DOC : 1946, la loi dite "Marthe Richard" sur la fermeture des maisons closes.

Avec Elisabeh Coquart, journaliste, historienne et écrivain, auteur de nombreuses biographies dont celle de Marthe Richard, qui vient d'être réditée en poche aux éditions Payot.

Les liens

Planning familial Liberté - Egalité - Sexualités

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.