Pour réagir ou commenter l'émission sur Twitter :

Femmes voyageuses 3 mai
Femmes voyageuses 3 mai © Radio France / Nina Luec

Dans une campagne électorale, une candidate a-t-elle intérêt à mettre en avant le fait qu’elle est une femme ? Ou, au contraire, pour rassembler au maximum, à se présenter comme une personne « neutre », voire « asexuée » ?

Un genre de question (ou une question de genre) que ne se posent évidemment jamais les candidats masculins…. Mais Hillary Clinton, qui le 12 avril a officialisé sa candidature à la primaire démocrate, cette question, elle se l’est posée. Et avec son équipe de campagne, elle a tranché : « Franchement, est-ce que vous n’avez pas envie de voir, un jour, une femme Présidente des Etats-Unis d’Amérique ? » s’est-elle exclamée le 3 mars dernier, devant un parterre galvanisé de femmes démocrates…

Dans son cas, se présenter « comme une femme », c’est faire le choix de la modernité sociale et économique, de la promotion des droits des femmes. Du moins c’est ce qu’elle dit.

Mais le choix est risqué : le plus haut poste de l’Etat, surtout celui de la première puissance mondiale, a une charge symbolique encore fortement dosée en testostérone.

Pour preuve : Une femme d’affaire texane, il y a quelques semaines, a posté sur les réseaux sociaux un commentaire qui, depuis, fait beaucoup de bruit : « Une femme ne doit pas devenir présidente. Avec les hormones qui sont les nôtres, on ne serait pas en capacité de commencer une guerre. » Et elle ajoute : « Si Hillary Clinton est élue, je déménage au Canada ». Des citoyens canadiens, un peu taquins, lui ont aussitôt rétorqué que « le Canada ne voulait pas d’elle. Mais que si elle voulait, pas de problème, on pouvait l’envoyer en Afghanistan ».

La route est donc encore longue et incertaine pour Hillary Clinton. Les primaires démocrates débuteront en janvier prochain. Et c’est le 8 novembre 2016 que sera élu LE président ou LA présidente des Etats Unis.

Lisa Lovatt-Smith

Lisa Lovatt Smith
Lisa Lovatt Smith © Radio France / Lisa Lovatt Smith

Globe-trotteuse polyglotte, rédactrice en chef de Vogue Espagne, Lisa Lovatt-Smith passe son temps entre Madrid, New-York, Milan et Paris. Riche, célèbre, adulée par la planète Mode… elle a été mariée avec Olivier Gagnère, décorateur de renom, a vécu avec Éric Adjani, le frère d’Isabelle, travaillé avec Andy Warhol, Catherine Deneuve, Karl Lagerfeld… Ses amis se nomment Inès de la Fressange, Victoria Abril, Antonio Banderas… Au seuil des années 2000, elle se rend au Ghana pour un séjour humanitaire. « J’ai découvert un orphelinat, comme la plupart des autres établissements de ce pays, véritable mouroir, plaque tournante du trafic d’organes et de prostitution. Les enfants, loin d’être tous orphelins, avaient souvent une famille trop pauvre pour les élever. » De retour, Lisa décide de tout vendre et de passer à l’action. Sur les 150 orphelinats du pays, elle en a fait fermer 48 à ce jour… Un manque à gagner pour tous les corrompus et autres saccageurs d’enfance. En février 2013, sa belle maison en terre ocre est incendiée. Lisa a choisi de ne pas la reconstruire, une simple hutte en terre lui suffit maintenant.Une réforme législative a permis la fermeture des orphelinats les plus indignes, avec des répercussions dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les adolescents talentueux, issus de milieux défavorisés, obtiennent des bourses universitaires...

Le site de Lisa Lovatt-Smith : http://www.oafrica.org

Aude Mermilliod

Aude Mermilliod
Aude Mermilliod © Radio France / Aude Mermilliod

Aude a 28 ans, elle est auteure de bande dessinée et passionnée de voyages qu'elle raconte et dessine sur son blog La fille voyage.

Elle publie egalement un livre nulmérique de conseils utiles et pratiques L'art de voyager seule quand on est une femme , à l'achat sur son blog.

Gwenaëlle Abolivier

Gwenaelle Abolivier
Gwenaelle Abolivier © Radio France

Gwenaëlle Abolivier est journaliste et auteure. Pendant près de vingt ans, elle a présenté sur France Inter, des émissions de reportages où elle a raconté ses grands voyages à travers le monde :Un ticket pour le Transsibérien , Le courrier des Marquises .

Plus récemment, elle s’est consacrée à la littérature de voyage et aux relations épistolairesHeureux qui comme Ulysse et Correspondances ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle Partir Avec et A portée de Voix .

Elle continue d’intervenir dans Interception , le magazine de reportages de la rédaction de France Inter et collabore à des revues commeLe Magazine Littéraire .

Elle vient de publier Vertige du Transsibérien aux éditions Naïve.Elle est également l'auteure de plusieurs anthologies et d'une biographie d'Alexandra David-Néel.

Pour suivre son actualité, consultez son blog https://gwenaelleabolivier.wordpress.com

Les liens

Le blog d'Aude Mermilliod "La fille voyage"

Le blog de Gwenaëlle Abolivier

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.