A l’occasion de l’ouverture cette semaine à Paris de la Fashion week, (les collections automne hiver du prêt-à-porter) j’ai eu envie de parler aujourd’hui de mode.

Qu’est-ce que la mode pour les femmes ? Peut-être d’abord une liberté : celle de se sentir plus belle, pour les autres mais d’abord pour soi… Liberté aussi de la frivolité… Changer de tête, de look, quel que soit son âge et sa classe sociale… Pour mieux brouiller les codes !

Mais la mode peut être tout le contraire : un véritable asservissement ! Regardez ces femmes qui se traînent sur des hauts talons, genoux pliés de fatigue et orteils en sang, ou encore, comprimé dans un jean slim ! Où est la liberté ? Où est le plaisir ?

Ce dont j’aimerais que nous parlions aujourd’hui avec mes invitées c’est de la place des femmes dans la mode.

Comment ne pas s’étonner de constater que ce sont aujourd’hui les hommes (largement majoritaires dans la haute couture et le prêt à porter…) qui décident si la taille de ces dames sera haute ou basse, leur jupe longue ou courte, leur décolleté pigeonnant ou pas… Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gaultier, Nicolas Ghesquière, Hedi Slimane, Olivier Rousteing (et j’en passe…) dirigent les plus grandes maisons… Des créateurs de génie certes… Mais où sont les femmes ? Auraient-elles moins de talent ? Et surtout, font-elles la mode autrement ?

Avec Catherine Ormen, historienne de la mode, nous verrons qu’il y a eu une époque où les femmes étaient les plus créatives dans la mode ? Madeleine Vionnet, Jeanne Lanvin, Nina Ricci, Elsa Schiaparelli… et bien sûr… Coco Chanel. La scandaleuse qui libéra le corps des femmes et qui, pendant un demi-siècle, inventa une mode à la fois élégante et décontractée, mettant en valeur la personnalité des femmes.

Et, à la fin des années 1960, alors que Chanel brille de ses derniers feux, une nouvelle génération de femmes, délurées et bourrées de talent, est venue donner un coup de jeune à la mode : Sonia Rykiel, Emmanuelle Khahn, Agnès B, et… une certaine Chantal Thomass, devenue depuis « la papesse de la lingerie sexy ».

Ma troisième invitée, Bouchra Jarrar, est une exception dans le cercle très fermé de la haute couture : une femme, qui plus est fille de l’immigration … Et qui en janvier 2010, après dix années auprès des plus grands, a franchi le pas et présenté sa première collection personnelle. Immédiatement saluée par la profession et la presse.

A Model  presents a creation for Bouchra Jarrar fashion house as part of his Haute Couture 2010 Autumn-Winter collection in Pari
A Model presents a creation for Bouchra Jarrar fashion house as part of his Haute Couture 2010 Autumn-Winter collection in Pari © Pool Patrice Stable/Tony Hage/MAXPPP Paris France 05/07/2010
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.