Alexandre Tharaud, Arthur H, Pierre Lapointe, La Grande Sophie, Isabelle Boulay, Rufus Wainright et Agnès Jaoui racontent comment Barbara a pu leur servir de modèle.

Barbara, lors d'un tour de chant au TNP place du Châtelet à Paris, le 19 septembre 1987
Barbara, lors d'un tour de chant au TNP place du Châtelet à Paris, le 19 septembre 1987 © AFP / Patrick Hertzog

France Inter commence l'été avec la rediffusion de Barbara en noir et blanc, une émission de Francis Legault présenté par Anne Dorval.

Le canadien est allé à la rencontre d'artistes que Barbara a touché particulièrement dans leur vie ; parfois aussi dans leur carrière... Vous entendrez Alexandre Tharaud, Arthur H, Pierre Lapointe, La Grande Sophie, Isabelle Boulay, Rufus Wainright et Agnès Jaoui. Ils nous racontent Barbara...

Barbara, grande chanteuse de la mélancolie

La grande dame brune de la chanson n'a pas de public cible, ses chansons parlent à tous... mais peut- être touchent-elles encore plus les adolescents.

Sans doute parce que l'adolescence est le temps du spleen et des extrêmes, comme l'explique Arthur H, qui évoque "le plaisir de se vautrer dans la mélancolie".

Il y a cette espèce de plaisir à l'adolescence de se sentir mal mais en même temps quand on se sent mal on a l'impression qu'on est très intense, qu'on est supérieur à tous ces imbéciles qui vont bien. Il y a ça aussi dans Barbara

Les chansons de Barbara, c'est la musique du spleen... et même, pour Rufus Wainright, celle qu'on écoute en fin de soirée avec Sonic Youth et Kurt Cobain :

C'était la musique la plus géniale pour la décadence.

"Elle était là pour habiller le néant"

Barbara savait parler des "choses de la vie"... Comme le dit Agnès Jaoui :

Une chanson de Barbara, c'est plus efficace qu'un antidépresseur ! Ça sert à supporter sa propre tristesse, à l'embellir, à la porter, à la rendre acceptable. ça vous en fait une amie très chère et très proche de façon immédiate.

C'est sans doute pourquoi elle savait si bien toucher les gens. Isabelle Boulay :

Les gens qu'elle touchait, c'était des gens qui avait probablement vécu des tourments, des grands vides existentiels... Elle entrait dans ce vide-là. Elle réussissait à peupler de ses fantômes de ses histoires ce néant-là. Elle était là pour habiller le néant.

Pour autant, Barbara n'est pas forcément la chanteuse qu'on écoute quand on est triste.

Faire fi de ses failles

En 1981, suite à une tournée éprouvante, sa voix se brise irrémédiablement. Plutôt que de se retirer, la chanteuse choisit de se servir de cela pour renforcer l’aspect dramatique de son interprétation.

Arthur H a eu la chance de la voir au Théâtre du Châtelet lors d'un de ses derniers spectacles :

Sa voix était toujours à la limite de dérailler. Elle n'avait plus ses aigus, donc c'était dans un espèce de vertige, d'apesanteur, qui fait que ça pouvait glisser et chuter et s'écraser sur le sol. Ou non. Mais tu sentais cette tension, c'était palpable.

Isabelle Boulay :

J'aimerais être capable d'assumer autant qu'elle les failles qu'il y a dans ma voix !

Programmation musicale

  • Ma plus belle histoire d'amour c'est vous
  • Une petite cantate
  • Le bel âge
  • Quand reviendras-tu par La Grande Sophie
  • Drouot
  • Le mal de vivre par Pierre lapointe
Les invités
L'équipe
Nous contacter
(ré)écouter Les Feuilletons radiophoniques des MFP Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.