La dure école des cabarets parisiens, où Barbara chante Brel et Brassens. À L'Écluse, elle devient « la chanteuse de minuit ».

Barbara au cabaret l'Écluse, dans les années 50
Barbara au cabaret l'Écluse, dans les années 50 © Getty / Jean Mainbourg

Un long chemin précède le succès de Barbara. Après la guerre, sa famille déménage à Paris. Un an plus tard, sur un coup de tête, elle s'installe en Belgique, où elle entame sa vie d'artiste et de bohème. Pendant une décennie, elle chante Brel ou Brassens dans des cabarets de Bruxelles ou de Paris.

Je chante à l’Écluse. Un cabaret qui a un cœur et une âme

De 1958 à 1964, Barbara est la tête d'affiche de L'Écluse, sur la rive gauche, à Paris. Elle y fait ses classes et enchaîne peu à peu entrevues et prestations à la radio et à la télévision. Puis, elle ose écrire et chanter ses propres chansons, inspirées de sa vie.

Juliette Gréco est la première à avoir l'intuition que Barbara doit chanter ses propres chansons :

Elle est ce qu'elle écrit. Elle écrit ce qu'elle est. Elle écrit avec son sang, sa sueur et ses larmes

Juliette Greco, Jean-Jacques Debout, Hubert Ballay et Serge Lama, entre autres, racontent ses débuts dans la chanson.

Dans cette émission, vous entendrez :

  • J’ai troqué
  • Le Passant
  • Madame Arthur
  • Sur la place
  • La rue Quincampoix
  • Chapeau bas
  • Le Père Noël et la petite fille
  • J’ai ta main
  • Le temps du Lilas
  • La nuit tu dors
  • Dis quand reviendras-tu par Giovanni Mirabassi
  • Gottingen
  • Une petite cantate
Les invités
L'équipe
(ré)écouter Les Feuilletons radiophoniques des MFP Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.