Messe en Ré mineur Hob.XXII / 11 « Missa in angustiis» ou « Nelsonmesse » de Joseph Haydn Soprano : Sally Mattews Mezzo-soprano : Marie-Nicole Lemieux Ténor : Bonaventura Bottone Basse : Jonathan Lemalu Choeur de Radio France Chef de chœur : Uwe Gronostay Orchestre Philharmonique de Radio France Direction : Sir Neville Marriner . Concert donné le 3 mars 2004 au Théâtre des Champs-Elysées En 1761, Joseph Haydn entre au service de la famille princière hongroise Esterhazy. En 1790, le prince Paul Anton licencie tout l’orchestre, et à sa mort en 1794, son fils Nikolaus II demande à Haydn de rentrer en Autriche, alors que le compositeur est en tournée de concerts à Londres, et lui donne pour mission de composer chaque année une messe qui devra être jouée le jour de la fête de la princesse Marie Hermenegildis, son épouse, le 8 septembre. De 1796 à 1802, Haydn composa ainsi six grandes messes : Missa Sancti Bernardi von Offida , Missa in tempore belli, Missa in angustiis, et 3 autres messes en si bémol Majeur. La Missa in angustiis est la onzième messe écrite par Haydn. On la trouve sous plusieurs appellations : Missa in angustiis, Imperial Mass, Coronation Mass, mais elle est plus connue sous le titre de Messe "Lord Nelson" - sa composition, en août 1798, coïncidait avec la victoire de Nelson sur les Français à Aboukir. Elle a été créée le 23 septembre 1798 en l’église paroissiale de Saint-Martin de Eisenstadt, sans les bois, que Joseph Haydn avait remplacés par un orgue – faute d’argent, l’orchestre était toujours en effectif réduit. 4 ans plus tard, Joseph Haydn autorise l’éditeur Breitkopf de publier sa messe avec la partie de bois. La première exécution remonte à septembre 1800 en présence de l’amiral Nelson. La Nelsonmesse est en ré mineur et se compose de : Kyrie (allegro moderato), Gloria (allegro – adagio – allegro), Credo (allegro con spirito – largo – vivace), Sanctus (adagio – allegro), Benedictus (allegro moderato – allegro), Agnus Dei (adagio – allegro vivace). Pastorale de la Sonate pour violon et piano en La Majeur de Giuseppe Tartini, arrangement pour violon et cordes d’Ottorino Respighi Violon : Fabio BiondiOrchestre Philharmonique de Radio France Direction : Christopher Hogwood Concert donné le 11 septembre 1998 lors des journées d’ouverture de la saison musicale de Radio France 1998 – 1999 « Les cordes parallèles ». D’Ottorino Respighi on connaît davantage «Les pins de Rome» (1915), les «Airs et Danses antiques» (1917), ou encore «Les Fontaines de Rome» (1924) que les arrangements qu’il a faits entre 1906 et 1908. Alors altiste à l’Orchestre Impérial de Saint-Pétersbourg, entre 1900 et 1903, il prend des leçons auprès de Rimski-Korsakov, puis de Bruch (lors d’un bref séjour à Berlin en 1902), et se met à composer ; mais ses compositions n’attirent guère. De retour à Bologne en 1903, il continue de gagner sa vie comme musicien d’orchestre, puis se met activement à transcrire des œuvres des 17 et 18èmes siècles (Ariosti, Bach, Vitali, Porpora, Veracini). Le premier succès survient en 1908 avec une version du Lamenta d’Arianna de Monteverdi pour voix et orchestre, tandis que la transcription de la Pastorale de la Sonate de Tartini réalisée quelques mois auparavant était passée inaperçue. La première exécution eut lieu à Berlin en 1909. Site réalisé en collaboration avec la Documentation des Emissions Musicales de Radio France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.