Concerto pour piano et orchestre en la mineur opus 54 de Robert Schumann Piano : François-René DuchâbleOrchestre Philharmonique de Radio France Direction : Marek Janowski Concert donné le 27 octobre 1996 au Palais des Congrès d’Aix-les-Bains lors des Nuits romantiques du lac du Bourget. Marié depuis peu avec Clara Wieck, Robert Schumann lui écrit une Fantaisie en 1841, qu’il complétera quatre ans plus tard d’un mouvement lent et d’un rondo final ; le concerto pour piano et orchestre en la mineur op 54 sera créé à Leipzig en 1846. Shéhérazade, 3 poèmes de Tristan Klingsor : Asie, La flûte enchantée, L’indifférent de Maurice Ravel Mezzo soprano : Petra LangOrchestre Philharmonique de Radio France Direction : Myung-Whun Chung Concert donné le 29 janvier 2003 à la Cité de la Musique lors du cycle Le merveilleux. Persuadé qu’il était urgent de réintroduire l’orientalisme dans la musique française, Maurice Ravel compose une Shéhérazade pour piano à quatre mains (inspirée des Mille et une nuits que vient de traduire Jean-Claude Mardrus). Gabriel Fauré l’ayant fait accepter à la Société Nationale, Ravel se hâte d’orchestrer cette ouverture de féérie, puisque la création, qu’il dirigera lui-même, est prévue le 27 mai 1899 – elle fut sifflée. Après cet échec, toutes les œuvres de Ravel sont désormais créées au sein du cercle d’amis de la rue Dulong (Les Apaches), dont fait partie un certain Léon Leclère (Tristan Klingsor), auteur d’un recueil d’une centaine de pièces publiées en recueil en 1903 sous le titre de Shéhérazade. Ravel y choisit trois poèmes n’ayant aucun rapport avec les Mille et une nuits. Schéhérazade est jouée pour la première fois le 17 mai 1904 devant le public du Nouveau Théâtre de Paris (actuellement Théâtre de Paris) avec Jane Hatto (dédicataire du premier poème), Alfred Cortot dirigeait l’orchestre. Cette année-là, Ravel avait renoncé à concourir de nouveau pour un premier Prix de Rome - s’y étant présenté déjà trois fois depuis 1900, 2ème prix en 1901avec Myrrha, il essaiera encore une fois en 1905.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.