Concerto pour piano et orchestre n°4 en Sol Majeur opus 58 de Ludwig van Beethoven Piano : François-Frédéric Guy Orchestre Philharmonique de Radio France Direction : Philippe Jordan Enregistré le 22 décembre 2006 à la Salle Pleyel Entre 1802 et 1808, Ludwig van Beethoven termine la composition de plus de quarante œuvres, concertos, sonates, Lieder, symphonies, opéra, et le 4ème concerto pour piano appartient à cette période créatrice des plus fécondes. Esquissé en 1802, achevé en 1806, il est dédié à l'archiduc Rodolphe d'Autriche, et, après une première exécution privée en 1807, il est créé par Beethoven lui-même le 22 décembre 1808. Ce jour-là, le public du Théâtre de Vienne assiste durant quatre heures à un concert de créations d’œuvres de Ludwig van Beethoven : Symphonie n° 6, deux mouvements de la Messe en Ut, 4ème Concerto pour piano, Symphonie n° 5 et Fantaisie chorale. Le Concerto comprend trois mouvements : Allegro moderato, Andante con moto et Rondo vivace. Printemps, suite symphonique de Claude Debussy Orchestre Philharmonique de Radio France Direction : Mikko Franck Dans une lettre du début de l’année 1887, Claude Debussy écrit qu’il tient à composer «une œuvre dans une couleur spéciale et qui doit donner le plus de sensations possibles», et exprimer «la genèse lente et souffreteuse des êtres et des choses dans la nature, puis l’épanouissement ascendant et se terminant par une éclatante joie de renaître à une vie nouvelle». Ecrite en peu de temps à la Villa Médicis, la partition de Printemps pour orchestre, piano et chœur, fut la dernière œuvre réellement romaine de Debussy. «Monsieur Debussy, pour son travail de seconde année, a envoyé un morceau symphonique en 2 mouvements intitulé le Printemps. La partition d’orchestre ayant été détruite par le feu chez le relieur à qui l’auteur en avait confié le cartonnage, il n’a pas été possible, sauf dans quelques parties réinstrumentées à la hâte, de juger l’envoi du jeune pensionnaire que sous le rapport des tendances musicales et de la valeur intrinsèque des idées…». Malgré le jugement sévère de l’Institut, Debussy joue une réduction pour piano à quatre mains avec son ami Augustin Savard, lors d’une réception donnée par le Directeur, Ernest Hébert. Plus tard, sollicité pour faire jouer l’œuvre à la Société Nationale, Debussy écrit à Ernest Chausson en 1889, son souhait d’en remanier l’orchestration, «Ce n’est pas un chœur. C’est une suite symphonique avec chœurs…» ; c’est Henri Busser qui, en 1912, effectue les modifications selon ses propres indications. La première audition a lieu le 18 avril 1913 à la salle Gaveau, sous la direction de Rhené Bâton, au cours d’un concert exceptionnel de La Société nationale de musique, avec la petite note suivante : «Ce concert supplémentaire a été donné sous le patronage de la maison d'édition Auguste Durand. L'œuvre de Debussy est un remodelage d'un envoi de la Villa Médicis». Site réalisé en collaboration avec la Documentation des Emissions Musicales de Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.